Crédit pour chômeur : tout savoir pour obtenir un prêt sans emploi

Credit-pour-chomeur

L’obtention de crédit n’est pas évidente lorsqu’on se trouve en situation de chômage ou à la recherche d’un emploi. En effet, sans justification de revenus, la banque se montre souvent réticente pour accorder un prêt personnel. Néanmoins, des solutions existent bien pour décrocher un financement pour pouvoir concrétiser vos projets. Voici tout ce qu’il faut connaître concernant le crédit pour chômeur : des conditions requises aux organismes qu’il faut approcher.

Comment convaincre votre banque pour vous accorder le crédit pour chômeur ?

Vous devez comprendre deux faits lorsque vous désirez bénéficier d’un crédit pour chômeur : les risques évalués par les banques et les conditions pour qu’elles vous octroient ledit prêt.

Les raisons de la réticence

Pourquoi remporter un prêt personnel ou un crédit à la consommation est complexe lorsqu’on est sans emploi ? Tout simplement parce que :

  • L’institution financière ou l’organisme de crédit ne possède aucune garantie de remboursement de son argent. En effet, l’allocation chômage ne constitue pas des revenus fixes et est limitée dans le temps. La banque se retrouve donc face à une situation risquée par rapport au respect des termes du contrat.
  • En outre, la personne à la situation fragile peut faire face à des aléas qui risquent de compliquer le paiement des mensualités. Or, aucune assurance ne peut couvrir un tel risque en situation de chômage. D’autant plus que des pénalités de retard s’appliqueraient le cas échéant.

Ce qu’il faut démontrer

Toutefois, malgré ces difficultés, il est tout à fait possible que le financement soit accordé sous certaines conditions et en faisant preuve de détermination. La situation professionnelle ne constitue pas en effet l’unique paramètre analysé par la banque pour la décision d’attribuer ou non les prêts.

Cela repose par exemple également sur :

  • Vos efforts pour activement trouver un emploi
  • La durée, les raisons et le devenir de votre inactivité : est-ce récent ? Est-ce temporaire ? Aspirez-vous à des projets professionnels réalistes ou à l’entrepreneuriat ? Des interrogations du banquier qu’il faudra anticiper pour évaluer votre situation et prendre une décision.

Pour justifier vos intentions, préparez les pièces sur lesquelles s’appuient vos propos, par exemple :

  • Vos dernières fiches de paie
  • Votre dernier avis d’imposition
  • Vos derniers relevés bancaires

L’organisme prêteur tient également compte d’autres éléments tels que le solde bancaire du demandeur et les garanties qu’il peut fournir.

Enfin, le rachat de crédit reste une option envisageable pour le chômeur à la recherche de financement pour ses projets. Il a pour objectif de réduire le montant des mensualités par le moyen de l’étirement de la durée du remboursement.

A lire aussi : Combien coûte un courtier en rachat de crédit ?

Credit-pour-chomeur-conditions

Les conditions

Les conditions principales pour obtenir un crédit pour chômeur sont :

  • Les garanties que l’individu peut apporter
  • L’éventuelle souscription à une assurance emprunteur

Les garanties pour couvrir un prêt personnel sans emploi peuvent s’agir de :

  • La caution : une connaissance ou une entreprise de cautionnement se porte garante si vous vous trouvez dans l’incapacité de rembourser les mensualités. Toutefois, si vous recourez à une société, des frais seront engagés.
  • Le nantissement : les valeurs sont tenues au niveau de la banque. Ce qui incombe l’effectivité d’une assurance vie ou d’un placement.

Si vos garanties sont jugées satisfaisantes, vous avez toutes les chances de conclure. L’assurance emprunteur ne constitue donc pas ici une obligation. Néanmoins, en l’absence de garanties ou en cas d’insuffisance, la banque consentira le crédit uniquement sous la condition de la souscription à celle-ci.

Les types de projets financés

Votre demande doit justifier un projet soutenable pour multiplier les chances d’aboutissement de votre dossier. Ci-dessous quelques motifs valables pour appuyer positivement votre sollicitation de prêt :

  • L’amélioration de la situation de vie
  • Le financement d’une formation
  • La réparation immobilière ou mobilière de première nécessité
  • L’achat d’une voiture pour la recherche d’emploi
  • Des soins médicaux
  • Des honoraires d’avocat

En résumé, vos projets doivent tendre vers l’objectif principal de la réinsertion professionnelle.

Obtenir un crédit en étant au chômage : toutes les solutions possibles

Une multitude de solutions s’ouvre à toute personne en situation de chômage désirant contracter un crédit. Nous partageons ci-dessous les meilleures options avec leurs particularités respectives :

Le prêt entre particuliers

Le prêt entre particuliers ou PAP constitue un prêt d’argent entre deux individus sans passer par un organisme de crédit. Il est régi par les règles juridiques des contrats de prêt et adopte le système du crédit à la consommation. Le prêteur est dans l’obligation de prêter la somme convenue et l’emprunteur à la rembourser.

Un crédit entre particuliers peut se réaliser gratuitement ou moyennant une rémunération (dans la limite réglementaire des taux d’intérêt, fixés par les deux parties). Il doit être compris entre 760 € et 5 000 €.

À noter que les taux usuels se révisent tous les trois mois par la Banque de France.

Le microcrédit personnel

Le microcrédit s’adresse aux personnes ne pouvant pas accéder aux crédits bancaires traditionnels, c’est-à-dire :

  • Les chômeurs
  • Les personnes aux revenus limités
  • Et les allocataires de minima sociaux

Le microcrédit donne accès à des emprunts au faible montant allant de 300 € à 5 000 € remboursables entre 6 mois et 4 ans ou plus. Le prêteur fixe le taux (entre 1,5 et 4 %).

Les principaux avantages du microcrédit sont l’absence de frais de dossier, d’indemnités de remboursement anticipé et d’intérêts d’emprunt. De plus, il ne fait appel à aucune condition de revenus particulière.

Pour en bénéficier, le demandeur peut s’adresser à :

  • La maison pour l’emploi
  • La régie de quartier
  • Au centre communal d’action sociale (CCAS) ;
  • Des associations spécialisées

A lire aussi : Regroupement crédits : quand, comment et à qui le demander ?

Auprès de l’Adie

L’Adie ou Association pour le Droit à l’Initiative Economique propose également des microcrédits dont le montant n’excède pas 3000 €. Pour en être bénéficiaire, il faut démontrer vos démarches dans la perspective de recherche d’un emploi.

En partenariat avec Pôle Emploi, Adie propose 2 sortes de microcrédits :

  • Le microcrédit social mobilité plafonné à 5 000 euros : pour l’achat d’un véhicule ou pour l’obtention du permis de conduire
  • Le microcrédit social ne dépassant pas 10 000 euros : pour l’entrepreneuriat (création ou développement de votre entreprise)

Le crédit personnel ou professionnel

Des banques spécialisées proposent des solutions de financement ajustées aux situations particulières et à différents niveaux de capacités de remboursement. Le cas du chômage est particulièrement mis en avant sans avoir besoin de panoplie de justificatifs. En effet, ce type de crédit peut tout à fait s’obtenir en ligne.

À l’instar du microcrédit, le crédit personnel peut soutenir la réalisation d’une formation professionnelle, l’acquisition du permis de conduire, le développement de son activité, etc. Mais également pour la réparation ou l’achat ou d’un véhicule, des frais de santé, etc. Tant qu’il s’agit d’une amélioration de vie.

Le microcrédit de la CAF

La CAF ou Caisses d’Allocations Familiales peut accorder des prêts adaptés aux personnes sans emploi. On peut citer par exemple :

  • Le prêt d’honneur pour le financement d’achat ou de réparation d’un véhicule. Il peut aller de 1 000 à 3 500 euros.
  • Le prêt préventif pour remplacement d’un véhicule ou un autre projet d’amélioration du quotidien afin d’éviter ou de limiter le surendettement. Son montant ne doit pas dépasser 1 200 euros.

Le crédit de Pôle Emploi

Enfin, Pôle Emploi contribue à la réalisation de vos projets personnels ou professionnels par le biais de différentes formes d’aide :

  • L’aide aux déplacements si vous réintégrez une activité professionnelle sur une durée de 3 mois. Elle ne doit pas excéder 5 000 euros.
  • L’aide au permis de conduire : elle est soumise à la condition de bénéficier de l’ARE (aide au retour à l’emploi) ou du RSA (revenu de solidarité active). Elle ne peut dépasser 1 200 euros.
  • Le crédit NACRE qui est un prêt à taux zéro et sans aucune garantie exigée. Elle peut aller jusqu’à 10 000 euros.
  • L’aide à la création ou à la reprise d’entreprise ou ACRE : elle jouit de l’exonération de charges sociales et permet la sauvegarde en partie de vos revenus sociaux

Credit-pour-chomeur-solutions

Les organismes desquels s’approcher pour l’aide à l’obtention de crédit sans emploi

Outre Pôle Emploi, la CAF et l’ADIE, vous pouvez vous approcher des organismes spécialisés tels que Younited Credit ou FLOA Bank.

Attention au crédit en ligne qui constitue souvent l’option proposée aux personnes exclues des banques traditionnelles. Assurez-vous que les plateformes sont reconnues et habilitées au sein de l’ACPR ou Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution. À ce jour, Younited Crédit reste parmi les seuls sites de prêt en ligne entre particuliers à être certifié par l’ACPR en France.

Si certaines sociétés bancaires classiques admettent le financement de projets de retour à l’emploi, nous conseillons alors d’opter pour un prêt affecté. Sinon, les organismes spécialisés, que nous recommandons beaucoup plus pour le crédit en situation de précarité, proposent :

  • Le PTZ ou un prêt à taux zéro pour équiper votre foyer par exemple
  • Le prêt d’honneur dénué d’intérêts pour surmonter une difficulté financière ponctuelle
  • Le microcrédit personnel partiellement garanti par les droits publics

A lire aussi : Surendettement : simulez le rachat de crédit

4.2/5 - (37 votes)
Article précédentTout savoir sur le crédit intérimaire
Article suivantImmobilier résidentiel : l’expertise au service du logement neuf