Quels prêts obtenir pour financer ses travaux ?

f8b8eb41ddb18bff96ccd0efee096535

Vous souhaitez améliorer les performances énergétiques de votre demeure ? Désirez-vous l’agrandir ou la rénover entièrement ? Quels que soient les projets à réaliser dans les logements, notez que vous pouvez recourir à deux grands moyens pour les financer. Ainsi, il est notamment possible d’utiliser des fonds personnels pour les exécuter ou de souscrire des prêts travaux. Cette dernière solution offre un certain nombre de privilèges et peut prendre de nombreux aspects. Découvrez ici les différents crédits que vous pourrez obtenir pour financer n’importe quels travaux dans votre logement.

Les rachats de crédit

Les rachats de crédit sont des solutions permettant aux emprunteurs de céder leurs emprunts (crédits de consommation, crédits immobiliers…) à des organismes particuliers. Ils offrent de nombreux avantages et permettent de financer de nombreux travaux à l’image du prêt travaux Sofinco.

D’un autre côté, ces prêts peuvent aussi alléger les charges d’un foyer et amener les particuliers à souscrire à des prêts plus avantageux.

Cependant, ils sont susceptibles de donner lieu à des pénalités et d’engendrer un certain nombre de frais. D’où la nécessité de bien se renseigner avant de les privilégier comme solution de financement.

Le prêt personnel travaux ou crédit à la consommation

Le prêt personnel travaux ou crédit à la consommation est destiné aux travaux de rénovation ou d’isolation de petite envergure. Il est accordé par toutes les institutions financières qui peuvent par ailleurs vous proposer de nombreux prêts spécifiques (prêts travaux piscines, garages…).

En outre, les taux d’intérêt de ces crédits sont généralement très faibles et sont fixés en fonction de l’importance des travaux à réaliser. Quant à leur montant, il est plafonné à 75.000 euros et peut être remboursé sur une période de dix ans.

D’autre part, l’un des plus grands avantages de ce crédit est qu’il peut être obtenu sans présentation de devis ou de factures. Plus encore, l’emprunteur n’est pas tenu de justifier ses travaux avant de les solliciter auprès des organismes de crédit.

Les prêts travaux à taux zéro

Crédits octroyés par l’État, les prêts travaux à taux zéro dispensent les bénéficiaires du paiement d’un taux d’intérêt. Ils servent à financer des travaux de rénovation, d’isolation thermique ou encore de pose de nouvelles sources d’énergie. Ils sont surtout octroyés aux particuliers qui s’apprêtent à réaliser des travaux dans leur logement neuf.

Par ailleurs, ces prêts peuvent aussi financer d’autres projets et accompagner par exemple l’acquisition d’une maison. Leur montant est généralement encadré et n’excède pas les 30.000 euros. Il en est de même de la durée de leur remboursement qui ne doit pas excéder les quinze ans.

D’un autre côté, pour être éligibles aux prêts travaux à taux zéro, les futurs emprunteurs doivent posséder un logement construit avant le premier janvier 1990. De plus, ce logement doit être une résidence principale et non secondaire.

En outre, pour obtenir ces prêts, il suffit de s’adresser à une institution bancaire ayant conclu un partenariat avec l’État.

Le prêt amélioration habitat

Ce crédit est accordé par la Caisse d’Allocation Familiale aux foyers qui profitent de ses aides et prestations familiales. Il sert à financer des travaux d’aménagement, d’assainissement, d’agrandissement et d’isolation. Son montant est plafonné à 1067.14 euros, et son bénéficiaire dispose d’une durée de 36 mois pour le rembourser. Son taux d’intérêt est en outre un taux fixe d’un %.

Par ailleurs, dès la conclusion du contrat, le souscripteur reçoit un premier versement qui n’excède pas la moitié du prêt sollicité ou obtenu. Le second versement est accordé à la fin des travaux, et ce, après la présentation d’un justificatif (facture…).

Les crédits accordés par les organismes d’aide

Il s’agit essentiellement des prêts octroyés par l’Agence Nationale de l’Habitat (Anah) et des prêts d’accession sociale.

Les crédits accordés par l’Anah s’adressent aux propriétaires qui prévoient d’effectuer des travaux d’isolation, de sécurité et de rénovation dans leur logement. Ils sont dédiés aux travaux dont le montant est supérieur à 1.500 euros et qui doivent être exécutés par des structures professionnelles.

En outre, le montant de ces prêts est déterminé sur la base d’un bouquet qui peut comprendre deux ou trois travaux, voire même plus.

Quant aux prêts d’accession sociale, ils sont destinés aux travaux d’amélioration, mais peuvent également être accordés dans le cadre d’une construction neuve. Son montant est de 4.500 euros pour ces constructions et de 1.500 euros à l’égard des travaux d’amélioration.

Par ailleurs, ces crédits servent aussi à financer des travaux de renouvellement ou d’économie d’énergie. Dans ces cas, leur montant est généralement limité à 4.000 euros.

Article précédentCarte bancaire muette : que faire ? Raisons et solutions
Article suivantCréer une SCI : l’essentiel de la démarche