Quel isolant respirant pour un mur en pierre ?

isolant respirant mur pierre

Les murs en pierre apportent un certain cachet à une habitation. Grâce à leur robustesse, ils résistent bien aux intempéries et permettent ainsi de profiter longtemps du charme de l’ancien. Cependant, en raison de leur sensibilité à l’humidité et à la chaleur, ils présentent un défi majeur en termes d’isolation thermique. Pour un confort durable, des travaux d’isolation avec un bon isolant respirant pour mur en pierre sont donc nécessaires. Mais quelles sont les solutions envisageables dans ce cadre ? Comment faire le bon choix ?

Pourquoi est-il nécessaire d’isoler un mur en pierre ?

En dépit de leur épaisseur qui laisse croire le contraire, les murs en pierre ne sont pas vraiment performants pour ce qui est de l’isolation thermique d’une habitation. En effet, en période de froid, ils stockent la fraîcheur ambiante dans leurs parois et la conservent malheureusement toute la journée, compte tenu des trop faibles évolutions de température. Par conséquent, il fait froid à l’intérieur de la maison et la facture énergétique grimpe logiquement.
Pendant les périodes chaudes, le même phénomène entraîne des températures intérieures trop élevées, la chaleur étant piégée dans les parois. En plus de générer des dépenses énergétiques supplémentaires pour assurer le confort à l’intérieur, la mauvaise circulation de l’air peut alors également occasionner des problèmes d’humidité, de condensation et, sur le long terme, la dégradation des murs.

Isoler les murs en pierre d’une maison répond donc à un besoin de confort, mais permet également de prolonger leur durée de vie, tout en réalisant des économies significatives.

Pourquoi utiliser un isolant respirant pour un mur en pierre ?

Le choix de l’isolant est un paramètre essentiel pour assurer une bonne isolation thermique des murs en pierre. Compte tenu des matériaux dont ils sont composés, il est préférable d’éviter les isolants industriels classiques et isolants imperméables comme le polystyrène, la laine de verre, le polyuréthane et le pare-vapeur. Ces derniers favorisent en effet l’accumulation de la vapeur d’eau dans les parois des murs et occasionnent ainsi l’apparition de champignons et de moisissures qui accélèrent leur détérioration.

A l’opposé, un isolant respirant pour mur en pierre assure aux murs de pierre une bonne étanchéité à l’air tout en facilitant l’évacuation de la vapeur d’eau. Ce type d’isolant permet de gérer au mieux les problèmes d’humidité et ralentit le vieillissement des cloisons. Il convient donc tout aussi bien pour la rénovation de vieux murs en pierre que pour l’isolation thermique initiale des nouvelles constructions.

Les isolants respirants que l’on recommande sont essentiellement des matériaux naturels. Il s’agit notamment de :

  • Le bois massif ;
  • La chaux ;
  • Le liège isolant ;
  • La fibre de bois.

Isolation par l’intérieur : quels sont les avantages et les inconvénients ?

Globalement, l’isolation thermique d’un mur en pierre consiste à poser ces matériaux avec un enduit sur le mur, puis à, les recouvrir de lambris ou de placo (plaque de plâtre). Selon les préférences du propriétaire, cette opération peut se faire par l’extérieur ou par l’intérieur ; la seconde solution étant cependant la plus simple et la plus répandue.

En plus de conserver l’aspect extérieur d’une habitation (cachet de l’ancien), elle laisse, par ailleurs, un large choix d’aménagement pour l’intérieur du logement. En termes de prix, c’est par ailleurs, la solution la moins coûteuse.

Dans le détail, la technique consiste à poser une cloison intérieure dans laquelle l’isolant respirant pour mur en pierre est disposé tout en laissant un espace minimum de 2 cm entre le mur et l’isolant. Cet espace accueille une lame d’air et des tasseaux de bois qui sont traités avec des fongicides (contre les moisissures et les champignons) et des insecticides.

Mais cette technique ne présente pas que des avantages. En effet, isoler un mur en pierre par l’intérieur entraîne une réduction de la superficie interne de l’habitation. De plus, ce type d’isolation occasionne un étouffement du mur, car celui-ci ne peut plus restituer ni la fraîcheur, ni la chaleur. Enfin, si elle concerne un logement déjà habité, les occupants doivent quitter les lieux le temps des travaux.

A lire aussi : Comment entamer des travaux de rénovation énergétique à mini-prix ?

maison avec murs en pierre

Isolation par l’extérieur : quels sont les avantages et inconvénients ?

L’isolation par l’extérieur est plus particulièrement recommandée par les professionnels du bâtiment. Elle consiste à poser une lame d’air et des tasseaux ou panneaux sur lesquels l’isolant respirant. Là aussi, le respect d’une séparation de 2 cm est préconisé pour permettre au mur de respirer. Par contre, une isolation par l’extérieur nécessite des travaux de finition supplémentaires, comme le bardage ou la pose d’un enduit pour un aspect extérieur esthétique.

Cela entraîne donc une modification de l’esthétique originelle de la maison et peut s’avérer plus coûteux. Toutefois, cette option garantit aux murs en pierre, de meilleures performances thermiques. De plus, elle peut être mise en œuvre sans que les occupants de la maison n’aient à quitter les lieux le temps des travaux.

Comment isoler un mur en pierre enterré et humide ?

Pour isoler correctement un mur en pierre enterré et humide, la première étape consiste à identifier la cause de l’humidité et à effectuer les travaux nécessaires tels que :

  • La réparation des fuites ;
  • La protection contre les remontées d’eau ;
  • Le drainage extérieur.

Les travaux d’isolation sur un mur en pierre enterré et humide ne peuvent en effet être réalisés que si celui est sec.

Pour ce qui est des travaux proprement dits, le liège expansé est l’isolant respirant pour mur en pierre le plus recommandé dans ce cas de figure. C’est un produit écologique qui possède des propriétés imperméables et qui confère une forte inertie au sol. Notez enfin que pour les murs en pierre de ce type, une isolation par l’extérieur reste le meilleur choix.

Comment isoler une grange en pierre ?

Les granges en pierre sont construites avec des matériaux qui laissent passer le vent, l’humidité et la chaleur. L’utilisation des isolants industriels comme le polystyrène, la laine minérale ou encore le pare-vapeur peut donc entraîner des dégradations à la longue. A la place, il est donc plutôt recommandé d’utiliser un isolant respirant comme le chanvre, la ouate de cellulose, la paille ou encore la laine de bois. En ce qui concerne la technique d’isolation, le choix dépendra essentiellement de l’épaisseur des murs. Pour les murs très épais, une isolation par extérieur est la solution la plus efficace.

Comment isoler une cave en pierre ?

La chaux est le meilleur isolant respirant pour un mur en pierre d’une cave. Ce matériau permet en effet de supprimer les ponts thermiques et de mieux gérer la température tout en favorisant une bonne circulation de l’air et de la vapeur d’eau. De plus, sa couleur blanche et son aspect régulier apportent une touche de propreté à la pièce. Ce qui en fait un choix idéal pour une rénovation.

Pour conclure, retenez que quel que soit le type de travaux que vous envisagez, un isolant mal choisi ou mal posé se détériore très rapidement, entraîne une mauvaise isolation et implique des travaux de réparation ou rénovation souvent très onéreux. Pour cela, il est vivement recommandé de confier le choix et les travaux de pose de votre isolant respirant pour mur en pierre à un professionnel chevronné. C’est, pour vous, la garantie d’une isolation thermique de qualité, de travaux rapides et une couverture en cas de problèmes de malfaçon.

N’hésitez pas à demander un devis et à comparer les prix, ainsi que les délais d’exécution.

A lire aussi : Prix de l’isolation thermique d’une maison : le budget à prévoir

2 critères utiles pour évaluer votre isolation thermique

Une maison mal isolée peut conduire à des pertes d’argent autant que d’énergie alors pour économiser des frais sur vos dépenses en énergie, assurez-vous de posséder un isolant performant. Pour cela, deux critères sont essentiels à l’évaluation d’une isolation thermique qu’il faut connaître afin de choisir le matériau adapté.

La résistance thermique

La valeur R désigne la résistance thermique d’un matériau afin d’évaluer sa capacité à résister aux flux thermiques et à isoler une habitation. Cette valeur s’exprime en m2.K/W, soit en mètres carrés kelvins par watt qui, si elle est élevée, implique un matériau fortement isolant. Une bonne toiture possède une isolation de 6 m2.K/W , de 3,7 m2.K/W pour les murs et de 3 pour les planchers. Assurez-vous donc que votre équipement respecte ce critère.

La conductivité thermique

La conductivité thermique exprimée sous la forme Λ (LAMBDA) et la formule W/m.K évalue la quantité de chaleur traversant une paroi d’1 mètre d’épaisseur et une surface d’1 m². Les watts par mètre par kelvin doivent être les plus faibles possibles. Ainsi, les isolants les plus efficaces présentent une conductivité thermique inférieure à 0,060 W/m.K.

Article précédentPourquoi faire domicilier son entreprise au Luxembourg ?
Article suivantEntreprises : les nez de marche peuvent vous éviter de gros soucis