Comment maximiser son rendement locatif ?

ef49613643620d42fac47ee12db566e8

L’immobilier est un support d’investissement rentable à long terme. L’investissement locatif génère notamment un très bon revenu. Ces quelques conseils vous permettent d’optimiser votre investissement locatif pour maximiser le profit.

La fiscalité : miser sur la déclaration au réel

Les propriétaires bailleurs disposent de deux alternatives pour la déclaration d’impôts, à savoir :

  • la déclaration au micro-foncier : s’applique pour les revenus locatifs annuels inférieurs à 15 000 Euros et prévoyant un abattement de 30%. Ne requérant pas de calculs complexes, cette option offre un réel avantage pratique. Toutefois, ce régime d’imposition n’implique pas la considération des charges comme les intérêts d’emprunt, le coût des rénovations, … . Ainsi, les avantages ne sont accessibles que si les dépenses diverses sont inférieures à 30% du montant des loyers. Pourtant, les dépenses sont élevées notamment pendant la première année de location,
  • la déclaration au réel : s’applique pour les revenus fonciers annuels supérieurs à 15 000 Euros. Les propriétaires bailleurs ont intérêt à opter pour ce régime fiscal si les charges représentent 30% ou plus des revenus locatifs. Cette option prévoit la déduction des dépenses comme les intérêts d’emprunt, les frais liés à la transaction et aux différentes démarches administratives et juridiques, les charges de copropriété, les primes d’assurance, les travaux de rénovation pour créer un déficit foncier. Cela réduit le montant des bénéfices imposables. Le régime au réel s’applique pendant trois ans.

La déclaration au réel est le régime fiscal le plus approprié pour les propriétaires bailleurs qui prévoient de réaliser des travaux afin de valoriser leur patrimoine.

Lire aussi: Comment bien choisir un coach en investissement immobilier ?

La rénovation

Un bien immobilier dans un état vétuste coûte moins cher qu’un bien neuf. Investir dans ce type de bien et prévoir des travaux de rénovation constitue une stratégie efficace pour optimiser l’investissement et maximiser le rendement locatif. De plus, un bien immobilier entièrement remis en état a plus de valeur aussi bien à la revente qu’en location.

Par ailleurs, la réhabilitation de bâtiment réduit considérablement, voire fait disparaître, les dépenses en entretien et en réparation. Le propriétaire réalise alors d’importantes économies financières pendant plusieurs mois, voire de nombreuses années.

Plus avantageux encore, le bailleur a la possibilité de soustraire le coût des travaux de ses revenus locatifs pour créer un déficit foncier. Il profite, alors, d’un réel avantage fiscal.

En outre, différentes subventions financières (crédit d’impôt, prime Énergie, Éco- Prêt à Taux Zéro, réduction TVA, le dispositif « Habiter Mieux » de l’ANAH, la prime coup de pouce) sont accessibles pour les propriétaires qui souhaitent réaliser des travaux de rénovation de bâtiment.

Les propriétaires doivent impérativement confier les travaux de rénovation à un professionnel habilité pour percevoir les aides financières.

Le Groupe Acorus assure notamment tous les travaux de rénovation, d’entretien et de réhabilitation de bâtiment et notamment des actifs immobiliers en sites occupés. Le groupe fournit ses services pour des opérations ponctuelles et conclut des contrats pluriannuels, en marché public ou privé.

Opter pour la colocation

La colocation attire de plus en plus de locataire. Ce mode de location profite aussi bien aux locataires qu’au propriétaire. Ce dernier a notamment la possibilité de définir un loyer un peu plus élevé. Le coût de la location étant divisible par le nombre d’occupants. Avec une demande en forte hausse notamment dans les grandes villes étudiantes et dans les secteurs géographiques qui accueillent de nombreux jeunes actifs, le bailleur peut s’assurer notamment d’une vacance locative nulle. En outre, la colocation réduit les risques de loyers impayés. À titre indicatif, la colocation offre un rendement 1 à 2 % plus élevé que la location à un seul locataire.

Quelques travaux de rénovation de bâtiment peuvent être nécessaires pour adapter le logement à la colocation. Le bien doit notamment disposer de plusieurs chambres bien séparées, d’une surface minimale de 9m² chacune et d’espaces communs assez vastes pour garantir fonctionnalité, aisance et sécurité aux occupants.

Lire aussi: Les astuces pour faire des économies quand on est étudiant

Choisir la location meublée

Un bien meublé a beaucoup plus de valeur qu’un bien nu. En effet, le loyer pour un meublé est en moyenne 20% supérieur au coût d’une location nue. Meubler un logement exige un investissement supplémentaire. Cependant, les dépenses sont vite amorties notamment si le propriétaire bailleur opte pour le régime fiscal de déclaration au réel. L’achat des équipements et les murs sont inclus dans les charges déductibles des revenus locatifs annuels.

Lire aussi: Cash-flow : comment le calculer pour un investissement immobilier ?

4.2/5 - (19 votes)