Le micro crédit dans l’ère digitale

0
54
Le micro crédit dans l’ère digitale

Inventé dans les années 1970, le micro crédit a ouvert de nouveaux horizons à un large public. Autrefois considéré comme réservé aux pays en développement, force est de constater que le micro crédit devient aussi un moyen de financement populaire dans les économies développées. Grâce à l’évolution des technologies et à l’intelligence artificielle, le secteur a notablement évolué ces dernières années.

Qu’est-ce que le micro crédit ?

Le micro crédit trouve ses origines il y a près d’un demi-siècle au Bangladesh. Son créateur, Muhammad Yunus, reçut le prix Nobel de la paix en 2006. Le micro crédit se caractérise par le fait qu’il s’agit de petits montants et que l’emprunteur ne doit généralement pas fournir de garanties. Il rend donc le crédit accessible à tous et permet aux personnes précarisées de recevoir des financements.

Selon le rapport annuel 2019 de l’Observatoire d’inclusion bancaire, le micro crédit est un véritable levier d’insertion économique et sociale. En France en 2019, le montant des encours de micro crédits personnels était évalué à 85,7 millions d’euros, en hausse de près de 20% par rapport à l’année précédente.

À côté des micro crédits personnels, on distingue les micro crédits professionnels. Dans les trois-quarts des situations, le montant du micro crédit professionnel est inférieur à 10 000 euros. Il permet par exemple de lancer une entreprise. On peut penser notamment aux autoentrepreneurs ou autres personnes travaillant en freelance. Les encours dans ce segment atteignaient 1,39 milliard d’euros en 2019.

Lire aussi : Combien de rachats de crédit peut-on faire ?

Micro crédit et intelligence artificielle

Ces dernières années, le développement de l’intelligence artificielle a permis au micro crédit de se sophistiquer. Diverses entreprises fintech actives dans le segment du micro crédit ont levé plusieurs millions d’euros. Des dirigeants de grandes banques comme Denis Duverne, président du conseil d’administration d’Axa, n’ont pas hésité à investir dans de jeunes pousses prometteuses.

Grâce à des modèles basés sur l’intelligence artificielle, ces entreprises proposent une évaluation adaptée à chaque client afin de fournir un prêt sur mesure.

L’avantage d’une telle démarche réside dans l’individualisation de l’octroi de crédit. Alors qu’une grille d’analyse rigide exclut d’emblée de nombreux emprunteurs potentiels, un modèle qui utilise l’intelligence artificielle ou un algorithme pointu permet de jauger en profondeur la situation personnelle de chacun et de limiter ainsi le nombre de refus.

Le crédit à l’heure du freelance

L’économie et l’emploi évoluent, ce qui force les fournisseurs de crédit à modifier leur offre. En effet, de plus en plus de professionnels travaillent pour leur compte. Si ce chiffre est évalué à un peu moins d’un million en France, il est nettement plus élevé dans des pays comme les États-Unis.

L’année 2020 devrait d’ailleurs accélérer la tendance, forçant beaucoup à se reconvertir et explorer de nouveaux horizons. Que ce soit au niveau du micro crédit ou du crédit classique, par exemple pour l’achat d’une maison, la nécessité de donner accès aux nouvelles catégories de travailleurs s’avère indispensable pour bon nombre de banques. La technologie et l’intelligence artificielle donnent l’opportunité de développer une offre plus équitable qui tient compte de la situation particulière de chacun.

Paradoxalement, c’est donc grâce aux technologies et aux machines que la banque de demain sera plus humaine.

Lire aussi : Divorce et rachat de crédit : que devient le crédit ?