Combien de rachats de crédit peut-on faire ?

0
30
Combien de rachats de crédit peut-on faire ?

Il existe plusieurs bonnes raisons de faire un rachat de crédit. Autant de bonnes raisons pouvant amener à en faire un deuxième, troisième … Le nombre de rachat de crédit est-il limité ? Voyons cela ensemble ?

Le rachat de crédit : rappel

Le rachat de crédit est une opération permettant de regrouper en un seul financement différentes dettes. Ces dettes peuvent être d’origines diverses :

  • Crédit à la consommation : prêt affecté (automobile, travaux, …) et prêt non affecté (crédit renouvelable dit revolving, prêt personnel, …)
  • Crédit immobilier : prêt à taux fixe, à taux révisable, épargne logement, …
  • Découvert bancaire : auprès d’un ou plusieurs établissements.
  • Dettes fiscales : retard d’impôt, amendes, …
  • Dettes diverses : emprunt d’argent à des proches

Il peut également être inclus une réserve de trésorerie. Ceci permet d’éviter, à l’avenir, de souscrire un nouvel emprunt en cas de difficulté passagère.

Selon la nature et le montant des crédits rachetés, le nouvel emprunt dépendra de la loi Lagarde régissant les crédits à la consommation ou bien de la DCI (Directive des Crédits Immobiliers).

Faire un nouveau rachat de crédit

Il existe plusieurs raisons poussant à envisager un nouveau rachat de crédit. Comme dans tous les projets, il est important de déterminer votre objectif principal afin de vous assurer de trouver le bon financement.

  • Financer un nouveau projet sans pour autant détériorer votre taux de charge
  • Faire face à un coup dur, un imprévu
  • Simplifier la gestion de vos comptes par une mensualité unique, avec une seule date de prélèvement
  • Réduire votre taux d’endettement afin de préparer un nouveau projet (par exemple un emprunt immobilier)
  • Faire face à un changement de votre situation professionnelle ou personnelle (divorce, séparation, perte d’emploi).

Attention cependant à ne pas tomber dans le piège du surendettement insidieux. Celui-ci pourrait en effet s’installer si vous enchaînez les rachats de crédits. Si ceux-ci se succèdent uniquement pour inclure une nouvelle réserve de trésorerie. Un rachat de crédit n’est pas un crédit permanent ou crédit revolving.

 

Existe-t-il un délai entre deux rachats de crédit ?

Il n’existe pas de délai légal entre deux rachats de crédit. Cependant, les formalités administratives nécessaires limitent de leur propre chef le délai entre deux démarches.

Les garanties réelles

C’est le cas notamment pour la prise de garantie hypothécaire. En effet, si l’un de vos anciens emprunt racheté était couvert par une garantie réelle, le notaire devra procéder à la levée de celle-ci. Les délais pour l’enregistrement de l’opération par la chambre des hypothèques prend environ deux mois. Délai à rajouter à l’enregistrement de la nouvelle garantie.

Pour en savoir plus sur les garanties réelles, n’hésitez pas à consulter notre article dédié.

La domiciliation bancaire

De plus, lors d’un rachat de crédit il est bien souvent demandé de rapatrier un ou plusieurs comptes. A noter cependant qu’il ne s’agit que d’un accord commercial. En aucun cas un établissement prêteur ne peut vous obliger à domicilier vos revenus. Ceci serait considéré comme une clause abusive.  La loi sur la domiciliation bancaire a en effet instituer le principe de liberté de changement et mobilité bancaire facilitée.

Cependant, vous pourriez décider de votre propre chef d’effectuer un transfert de compte. Il convient de prévoir un délai de 3 mois environ pour s’assurer du transfert de l’intégralité des prélèvements et virements.

Sachant que le délai entre l’accord de financement et le déblocage des fonds prend environ 2 mois, nous vous conseillons donc un délai de 6 mois minimum entre deux rachats de crédit.

Rachat de crédit et renégociation de crédits : quelle différence ?

Il est important de bien différencier les deux situations.

  • Rachat de crédit : Regroupement de dettes internes mais surtout externes en un nouveau financement unique (pouvant être composé de plusieurs lignes de prêt).
  • Contrairement au rachat de crédit, la renégociation se passe directement au sein de l’établissement financier qui vous a accordé le emprunt ou rachat de prêt. Les conditions générales du prêt resteront inchangées. Seules les conditions particulières comme par exemple le taux d’emprunt seront modifiées. La banque a cependant peu d’intérêt à accorder une renégociation.

Préparez donc bien vos arguments et les contreparties éventuelles (assurances, placement, …) !

Les points de vigilance

Effectuer un nouveau rachat de crédit peut donc être intéressant s’il est motivé par de bonnes raisons. Attention cependant aux pièges induits par cette opération.

  • Multiplication des frais annexes : frais de dossier, frais de garantie caution (hypothécaire, assurance caution)
  • Pénalité de remboursement anticipé qui se multiplient. En général, il est recommandé une différence de 1 point entre les taux des prêts principaux afin d’absorber ces frais.
  • Contreparties demandées peuvent vite devenir un casse-tête. A force de changer d’assureur ou encore effectuer des mobilités bancaires à la chaîne, on peut vite s’y perdre.
  • Risque de perte de couverture d’assurance emprunteur : en cas de pathologie apparue avant le nouveau rachat de prêt. En effet, dans le cadre d’un nouveau rachat de prêt, il faudra se plier à l’exercice d’un nouveau questionnaire de santé. Dans le cas d’un refus de couverture, il faudra envisager le fait de rester dans la situation actuelle, ou de faire appel à un courtier en assurance.

Les conseils d’ilbi.org :

  • Pensez garantie ! Au lieu de regarder uniquement le gain réalisé, soyez bien attentif aux garanties proposées. En effet, toutes les garanties ont un prix. Il est très aisé de diminuer un coût d’assurance si l’on supprime par deux la couverture d’assurance.
  • Regardez le coût global, assurances emprunteur incluses. En effet, un taux à lui seul ne veut rien dire. Qui plus est si le montage financier comporte plusieurs lignes de prêt, avec lissage. Soyez donc attentif à regarder le coût total, assurance emprunteur obligatoire incluse, mais aussi et surtout assurance facultative incluse. L’assurance facultative est la couverture d’assurance au-delà des 100 % de couverture. Si deux assurés à 100 %, le coût de la deuxième assurance sera don indiqué dans l’assurance facultative. Certains établissements sont très forts pour diviser les lignes de coût et les éparpiller dans l’offre.