Assurance vie ou PEA : dans quoi faut-il investir ?

Faut-il investir en assurance vie ou sur un PEA 

Aujourd’hui, le choix offert en matière d’investissement est très varié. Parmi les produits d’épargne qui attirent le plus les particuliers, figurent en bonne place, le PEA (Plan d’Epargne en Actions) et l’assurance vie. Il s’agit en effet de deux types de placements très appréciés en raison des différents avantages qu’ils peuvent offrir. Cependant, à défaut de pouvoir investir dans les deux, faire un choix est souvent nécessaire. Quels sont les critères à prendre en compte dans ce cas ? Comment faire le bon choix ? Nos experts vous répondent.

Assurance vie ou PEA : des produits d’épargne très différents ?

Afin de faire un choix rationnel entre la souscription à une assurance vie et l’adhésion à un PEA, il est important de bien cerner la différence entre assurance vie vs PEA. Pour cela, commençons par bien définir et comprendre le fonctionnement de chacune de ces solutions d’investissement.

PEA : qu’est-ce que c’est et comment ça fonctionne ?

Par définition, le Plan d’Épargne en Action désigne un produit d’épargne dont l’objectif est d’encourager l’investissement en bourse des particuliers. Il en existe 2 types, à savoir le PEA classique (bancaire/assurance) et le PEA-PME. Cette formule d’investissement permet d’acquérir et de gérer un portefeuille de titres boursiers dans un but spéculatif.

À l’ouverture du plan d’épargne en actions, deux différents comptes sont ainsi créés. On distingue un compte espèces pour les versements effectués en numéraire par le souscripteur et un compte-titres pour l’achat d’actifs. Les actifs achetés déterminent les gains ou pertes en fonction de l’évolution des cours sur le marché. Les gains sont cumulés jusqu’au jour où vous le souscripteur décide de clôturer son PEA. Notez que durant la période de vie du PEA, le souscripteur peut également effectuer des retraits de fonds.

En quoi consiste l’assurance vie ?

L’assurance vie peut être définie, de façon générale, comme un contrat entre un particulier et un assureur, en vertu duquel le souscripteur effectue un versement à la compagnie d’assurance, sur une base qui peut être régulière ou non. En contrepartie, l’assureur s’engage à reverser, au terme du contrat, une rente ou un capital, conformément aux dispositions contractuelles.

En réalité, l’assurance vie est plus communément utilisée aujourd’hui comme une enveloppe permettant d’épargner avec une fiscalité très douce, plutôt que comme un réel produit d’assurance.

L’événement qui met fin au contrat d’assurance est déterminé selon le type d’assurance vie. On en distingue principalement trois, à savoir :

  • L’assurance en cas de vie
  • L’assurance en cas de décès
  • L’assurance vie ou décès

Le bénéficiaire final d’un contrat d’assurance vie peut donc ne pas être le souscripteur, mais plutôt d’autres personnes désignées par celui-ci. L’assureur propose, de ce fait, toujours une clause bénéficiaire.

PEA ou assurance vie : quel est le meilleur investissement

Assurance vie vs PEA : quels sont les avantages et inconvénients de chaque solution ?

Au vu du fonctionnement intrinsèque de chacun de ces deux solutions d’épargne, ils se distinguent assez clairement sur plusieurs points, notamment :

  • La fiscalité ;
  • L’accessibilité et le plafond de versement autorisé ;
  • Le mode de gestion ;

Sur le plan fiscal

Les gains réalisés avec un PEA sont exonérés d’impôt après 5 ans de détention. De plus, tant que l’investisseur ne sort pas du PEA, il ne paye aucun impôt sur le revenu. Ce qui en fait un placement fiscalement très attractif.

Toutefois, si vous décidez d’effectuer un retrait avant le délai de 5 ans, votre PEA sera clôturé et vous serez obligé de déclarer vos revenus avec un taux d’imposition de 12,8%. En parallèle, vos plus-values sont tout de même soumises aux prélèvements sociaux qui s’élèvent à 17,20%, peu importe l’âge du plan d’épargne en actions.

Pour les souscripteurs d’une assurance vie, la fiscalité est un peu moins intéressante. Les revenus sont en effet systématiquement imposés à hauteur de 12,8 % si le contrat court depuis moins de 8 ans. Au-delà, le taux passe à 7,5% pour les produits des primes d’une valeur supérieure à 150 000 €, avec un abattement minimum de 4600 €.

L’accessibilité et le plafond de versement autorisé

Seules les personnes physiques majeures domiciliées fiscalement en France peuvent ouvrir un PEA. Un investisseur ne peut, par ailleurs, ouvrir qu’un seul PEA classique et un PEA-PME. De plus, malgré les évolutions apportées par la loi Pacte, le montant de l’investissement en PEA reste limité à 150 000 € pour un PEA classique et à 225 000 € pour un PEA-PME.

Notez par ailleurs qu’une dérogation est possible pour les mineurs dont un parent possède un PEA. Dans ce cas, la limite de dépôt autorisée est de 20 000 €. Ce montant est alors déduit de la limite de dépôt du ou des parents. Il en est de même pour les personnes majeures qui réalisent leur service national ou les personnes atteintes d’une infirmité. Néanmoins, elles doivent être rattachées à un foyer contribuable.

Contrairement au PEA, l’assurance vie est accessible aux mineurs. De plus, aucun plafond de versement n’est fixé et il est possible de souscrire simultanément plusieurs contrats. Toutefois, la souscription est limitée à un certain âge maximum. Le souscripteur doit, par ailleurs, remplir un questionnaire médical garantissant son bon état de santé.

assurance vie ou PEA

Mode de gestion et univers de placement

Globalement, le PEA bénéficie d’un univers de placement plus restreint que celui de l’assurance vie. En effet, les actions éligibles à un PEA sont uniquement les fonds comportant au moins 75 % d’actions européennes et les trackers.

L’assurance vie présente par ailleurs une certaine souplesse lors des opérations de retraits. Il est en effet possible de réaliser des rachats partiels et des versements durant la période du placement sans aucun risque de clôture. En outre, il existe des contrats d’assurance vie modernes qualifiés de « multisupport ». Ils permettent de diversifier son épargne et d’investir en Bourse.

Avec le PEA, il est possible d’acheter et de vendre à tout moment. Toutefois toute sortie d’argent avant les 5 ans cassera le contrat.

Enfin, sur le plan de la transmission du capital, l’assurance vie est plus avantageuse que le PEA, car, lorsque le souscripteur décède, ses capitaux peuvent être versés sans taxes à l’héritier de son choix. Cela se fait en fonction de son âge et sous certaines autres conditions.

Investir à la fois dans l’assurance vie et sur un PEA : la meilleure option ?

Si vous souhaitez réussir votre placement financier, il est recommandé d’investir à la fois en assurance vie et sur un PEA. En réalité, ces deux moyens d’investissement ne sont pas concurrents, mais plutôt complémentaires. À titre illustratif, vous pouvez souscrire un PEA pour investir en actions européennes, et souscrire au même moment, une assurance vie en euros pour la poche sécurisée de votre patrimoine. Ensuite, avec une assurance vie multisupport, vous pourrez internationaliser l’ensemble de vos placements.

Pour conclure, le choix entre un investissement en assurance ou un investissement sur PEA varie en fonction du profil de l’investisseur et de ses besoins. De façon générale, on peut retenir que l’assurance vie est plus accessible et plus diversifiée. Par contre, en matière de fiscalité, le PEA est bien plus avantageux. Toutefois, il est conseillé de combiner ces deux supports de placement pour réussir son investissement financier.

A lire aussi : Conseil d’investissement en placements financiers : pourquoi et à qui s’adresser ?

4.5/5 - (28 votes)
Article précédentLe plafond du Livret A : taux et montant plafond – Guide complet
Article suivantVente immobilière : comment faire estimer votre bien ?