Peut-on faire un rachat de crédit au chômage ?

0
28
Peut-on faire un rachat de crédit au chômage ?

Peut-on faire un rachat de crédit au chômage ? Comment s’y prendre pour obtenir les meilleures conditions ?

Le rachat de crédit : rappel

Le rachat de crédit et une opération par laquelle un emprunteur fait reprendre l’ensemble de ses encours de prêt au sein d’un seul établissement, le plus souvent dans un crédit unique.
Cette opération étant assimilée à une souscription de crédit, elle se doit de répondre à un certain nombre de critères légaux :

  • Loi Lagarde, encadrant les crédits à la consommation
  • Directive des Crédits Immobiliers (DCI) régissant les crédits immobiliers (achat, vente, travaux, achats de parts de SCI, …)

Les objectifs poussant des emprunteurs à solliciter un rachat de crédit sont multiples :

  • Réduction de la mensualité
  • Se débarrasser d’un montage financier trop rigide (absence d’option de souplesse)
  • Éviter un effet d’échelle : c’est à dire une augmentation soudaine de votre mensualité de prêt suite à la fin d’une période de différé de l’un des prêts. C’est souvent le cas avec le Prêt A Taux Zéro, en l’absence de prêt lissé.
  • Réduire le taux d’emprunt : gain de coût de crédit
  • Inclure un nouveau projet sans pénaliser sa situation financière
  • Éviter un surendettement

 

Pourquoi faire un rachat de crédit au chômage ?

Comme nous l’avons vu précédemment, les raisons poussant au rachat de crédit sont multiples.
Lorsque l’on se retrouve au chômage, les revenus ont en général tendance à baisser. En l’absence d’option souplesse sur le crédit existant, cela peut ainsi inciter les emprunteurs à effectuer un rachat de crédit. Ils pourront ainsi jouer sur une baisse de la mensualité pour éviter le surendettement ou tout le moins une fragilisation de la situation financière.

Comment est décidé un octroi de rachat de crédit ?

Pour bien comprendre dans quelles conditions pourraient être accordé un rachat de crédit, il convient de comprendre en amont les facteurs déterminants pour dans l’obtention d’un accord de crédit.

Le Scoring

Afin de répondre aux critères de solvabilité et des stress-tests https://acpr.banque-france.fr/europe-et-international/banques/stress-tests-europeens auxquelles elles doivent se soumettre, les banques ont établis un système de Scoring.
Cet algorithme permet ainsi, à partir de critères pré-déterminés, de délivrer une note à chaque demande d’emprunt.
Ces critères sont multiples et dépendent de chaque établissement. On retrouve cependant des critères communs tels que :

  • Ancienneté dans l’emploi
  • Niveau de revenus
  • Montant total des encours et leur date de fin
  • Solde moyen du compte (exclu pour les prospects)
  • Montant total de l’épargne

Le taux de charge et revenu disponible

Deux autres critères objectifs sont calculés lors d’une demande d’emprunt. Il s’agit du taux de charge et du revenu disponible.
Le premier est calculé en prenant en compte le total des charges de prêt divisé par les revenus (auquel on a préalablement retranché les impôts sur le revenu, désormais prélevés à la source).

Multiplions ceci par 100 et on obtient un taux de charge. A noter qu’en cas de prêt et revenus locatifs, celui-ci peut être biaisé. C’est ainsi que ce taux est pris en compte en le couplant au revenu disponible.
Le revenu disponible est la somme restant à votre disposition pour subvenir aux dépenses de la vie quotidienne de votre foyer. Le revenu disponible minimum est variable en fonction de la composition de la famille :

  • 600 € pour une personne seule
  • 700 à 800€ pour un couple
  • 150 à 250 € par enfant à charge fiscale

A ces deux critères objectifs s’ajoutent bien entendu des critères plus subjectifs. Il conviendra donc de convaincre votre interlocuteur de vous suivre dans votre projet.
Retenez que les banques recherchent de la stabilité et de la sécurité. Il sera ainsi important de démontrer que, malgré vos difficultés financières passagères, vous pouvez maintenir le cap sur vos finances et que votre projet aura même tendance à sécuriser votre équilibre financier.

Est-il possible de faire un rachat de crédit en étant au chômage ?

Les crises financières successives de ces 50 dernières années ont poussé les organismes dirigeants à exiger plus de stabilité dans le système financier. Cela s’est traduit par des contraintes de plus en plus importantes pour les organismes prêteurs. C’est le cas notamment du système Bâle 2.
Ceux-ci doivent ainsi se soumettre à des obligations réglementaires sur le ratio entre crédits accordés et montant de leurs avoirs propres (argent placé par les clients sur certains types de placement : épargne bilancielle notamment). Ils ont donc tendance à étudier avec précision les dossiers de chaque emprunteur.

Rachat de crédit au chômage : que mettre en avant pour obtenir le rachat ?

Être au chômage lors d’une demande d’emprunt n’est pas rédhibitoire mais complique beaucoup la demande. Il faudra en effet être en mesure de contrebalancer le risque produit par la situation avec un certain nombre de sûretés annexes. Ce peut être le cas avec :

  • Des revenus tiers :
    • Retraite militaire
    • Pension de réversion
    • Pension d’invalidité
    • Revenus locatifs
  • Un co-emprunteur ayant des revenus stables
    La stabilité est en effet un élément prépondérant dans l’analyse d’un dossier de prêt. Les revenus stable d’un co-emprunteur permettent à l’établissement financier de s’assurer que la mensualité du prêt pourra être prises en charges.
    Notez bien que je parle de revenus stables et non pas de CDI. En effet, il n’est plus gage de stabilité pour toute la durée de vie du crédit, bien qu’améliorant nettement le scoring.
  • Une saine gestion des comptes
    Un des éléments pris en compte lors de l’étude d’un rachat de prêt est la gestion de vos comptes. Le conseiller financier sera ainsi attentif au solde moyen du compte ainsi qu’à la présence d’épargne de précaution, même si le montant n’atteint pas les plafonds des livrets ! Cela prouvera que, malgré des revenus réduits, vous êtes en mesure de maintenir votre équilibre financier.

Accepter certaines contraintes pour le rachat de crédit

Il faut bien prendre conscience également que la banque, afin de se sécuriser, pourra exiger de vous :

  • Couverture d’assurance emprunteur maximale, afin de vous prémunir contre des aléas de santé pouvant venir compliquer la situation financière. Attention cependant, nous parlons bien de taux de couverture et non pas d’assurance emprunteur prise avec la banque elle-même. Celle-ci ne peut en effet vous imposer sa propre assurance si vous êtes en mesure de présenter un contrat au minimum équivalent en terme de garantie.
  • Garantie réelle : l’hypothèque. La garantie hypothécaire lui assurera en effet de pouvoir récupérer une grande partie des fonds engagés en cas de défaut de paiement. Sous réserve de pouvoir être prise en rang 1.

Le conseil d’ilbi.org

Comme toute demande de financement, il convient de préparer au mieux sa demande. Ainsi, assurez-vous bien que la tenue de vos comptes dans les 3 mois précédents votre demande est saine, exempt de frais d’intervention de compte notamment. De plus, venir en rendez-vous avec tous les documents préparés montrera votre sérieux et votre rigueur.
Retrouvez la liste des documents à préparer dans cet article.