Les avantages d’investir dans l’immobilier résidentiel

investir-immobilier-résidentiel

Depuis quelques années, investir dans l’immobilier résidentiel représente une alternative de plus en plus attractive. En effet, la constante évolution à la hausse des prix des habitations dans les grandes villes et des besoins en logement attirent de plus en plus de particuliers en quête d’investissements alternatifs. Et pour tous ceux qui sont encore sceptiques, voici un récapitulatif des principaux avantages de l’investissement dans l’immobilier résidentiel.

Investir dans l’immobilier résidentiel : un actif sûr !

Contrairement aux placements boursiers dont la valeur peut chuter du jour au lendemain en fonction des fluctuations du marché, l’immobilier résidentiel est un investissement beaucoup moins risqué. Depuis 1870, ce secteur figure en effet parmi les placements les plus sûrs avec un rendement situé autour de 7 %.

Il présente certes, quelques risques comme les loyers impayés, les dégradations et les vices de construction. Cependant, leurs conséquences peuvent être limitées grâce à un contrat d’assurance approprié. De plus, il est possible de s’épargner les tâches chronophages en déléguant la gestion de son bien à une agence immobilière. Cette dernière peut se charger de la sélection des locataires, de la rédaction des contrats et de la collecte des loyers. En cas de litige, elle prend également toutes les dispositions nécessaires pour les résoudre sans que vos revenus n’en soient impactés.

Une fiscalité attractive

En investissant dans l’immobilier résidentiel neuf ou dans l’ancien rénové dans une grande ville, vous pouvez bénéficier d’une réduction d’impôts significative grâce au dispositif de la loi Pinel. Pour cela, vous devez vous engager à louer votre bien sur 6, 9 ou 12 ans. Pour un engagement de 12 ans par exemple, la réduction d’impôt correspondante est de 21% !

De plus, le dispositif permet de déduire les charges ci-après des loyers perçus :

  • Frais de garantie ;
  • Primes d’assurance ;
  • Frais d’entretien et de réparation ;
  • Taxe foncière ;
  • Intérêts d’emprunt ;
  • Frais de gestion locative.

Pour plus de détails, n’hésitez pas à vous informer auprès d’un cabinet de conseil en gestion de patrimoine.

Par ailleurs, à la fin de la période de location, deux principaux choix s’offrent à vous. Vous pouvez :

  • Conserver le bien dans votre patrimoine. Vous pouvez alors continuer à le louer pour percevoir des revenus complémentaires ou y vivre ;
  • Vendre votre bien. Il aura sûrement pris de la valeur. En le revendant vous pourrez donc empocher une belle plus-value.

Des facilités d’accès aux crédits

Investir dans l’immobilier nécessite, dans la plupart des cas, de contracter un crédit immobilier. Pour cela les banques exigent en général un apport personnel. Mais en ce qui concerne les crédits ayant pour but d’investir dans l’immobilier résidentiel, les choses sont un peu différentes. Dans ce cas, il est possible de souscrire à un crédit sans le moindre apport personnel. Les loyers perçus grâce à la mise en location du bien sont en effet des revenus réguliers qui assurent à la banque un remboursement intégral du prêt. Ils sont donc considérés comme une garantie.

Par ailleurs, les taux des crédits immobiliers sont en baisse continue depuis 2017. Selon les chiffres publiés par la Banque de France en avril 2021, ils sont tombés à un niveau historiquement bas de 1,15%. C’est donc le moment idéal pour acheter.

En conclusion, investir dans l’immobilier résidentiel est accessible à tous et peut être très avantageux. Cependant, pour identifier les opportunités, faire les bons choix et investir dans les meilleures conditions, il est recommandé de se faire accompagner et conseiller par des professionnels.

A lire aussi : 5 conseils pour réussir son investissement dans l’immobilier neuf en 2021

4.9/5 - (27 votes)
Article précédentL’estimation immobilière varie-t-elle beaucoup d’une agence à une autre ?
Article suivantPortage salarial informatique : comment devenir freelance sans contraintes ?