Investir en SCPI : bénéfices vs risques

La SCPI (Société Civile de Placement immobilier) est un concept de société né à la fin des années 1960 et consacré dans le droit français par la Loi du 31 décembre 1970. Elle a pour vocation l’acquisition et la gestion d’un patrimoine immobilier locatif afin de dégager un rendement. L’investissement en SCPI, qui attire de plus en plus de monde, mérite alors que l’on mette en lumière les bénéfices qu’il offre aux investisseurs et sur les éventuels risques auxquels ces derniers s’exposent.

Investissements en SCPI : les bénéfices

Quand on mène les réflexions sur ce qu’il faut savoir avant d’investir en SCPI, l’un des premiers éléments qui ressort est l’accessibilité à tous les portefeuilles. De fait, le minimum pour investir en SCPI varie entre 500 et 1000 euros selon les courtiers, bien en deçà des sommes colossales qu’exigent d’autres investissements. Ce point représente un gros avantage, en comparaison à un investissement immobilier classique qui peut demander des centaines de milliers d’euros. Aussi, ce type de placement convient à tous les projets patrimoniaux. Que l’objectif soit une constitution de patrimoine, une réduction d’impôt ou l’assurance de revenus complémentaires, l’investissement en SCPI s’adapte à votre projet.

La mutualisation des risques est l’un des plus gros avantages de l’investissement en SCPI. Puisqu’investir en SCPI n’implique pas d’investir sur un seul bien, donc un seul locataire, mais plutôt sur plusieurs centaines de biens répartis dans des zones géographiques diversifiées, l’investisseur jouit alors d’une certaine réduction des risques. À la réduction des risques, s’ajoute un taux de rentabilité stable et relativement élevé.

En effet, selon des données de l’Institut de l’Épargne Immobilière et Foncière (IEIF), la rentabilité moyenne des SCPI était de 4,4% en 2019. Par ailleurs, n’étant pas en charge de l’entretien du bien immobilier dans lequel il investit, l’investisseur ne subit aucune contrainte liée à la gestion ou la trésorerie. Pour que chaque investisseur de la SCPI reçoive sa part, les loyers des locataires sont reversés nets de frais de gestion.

L’investissement en SCPI est caractérisé par une grande flexibilité. Il peut provenir d’un apport personnel ou d’un emprunt immobilier. Cette flexibilité offre à l’investisseur la possibilité de revendre une partie de ses parts. Cette revente de parts est en moyenne très facile, elle peut se faire sur le marché gré à gré, sur le marché primaire ou sur le marché secondaire. Afin de rassurer les investisseurs, le placement est sous la responsabilité de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF). L’investisseur reçoit alors chaque trimestre un bulletin d’information sur ses investissements, de même qu’un rapport annuel.

A lire aussi : Comment choisir une SCPI de rendement en 2021 ?

investissement scpi ; scpi ; investissement immobilier

Investissements en SCPI : les risques

Comme pour tout investissement, le risque zéro n’existe pas avec les SCPI. Pour commencer, les investissements ne sont pas garantis et ne sont pas sécurisés. En clair, vous pouvez aussi bien enregistrer de la plus-value, qu’enregistrer des pertes. Mais ce risque est atténué par la diversification du parc immobilier. Ensuite, la durée d’investissement est assez longue. Elle s’étale sur une période de 8 à 15 ans, et dans certains cas à 23 ans. Il n’est donc pas possible d’utiliser les liquidités générées avant 8 ans, à compter de la date d’investissement. À cela, s’ajoutent les frais de sorties élevés, qui sont d’environ 10 %.

Enfin, tout propriétaire de parts de SCPI est imposé au même titre qu’un propriétaire de bien immobilier. Les plus-values sont soumises à un taux de 3,5 %. Néanmoins, cette base bénéficie d’un abattement progressif en fonction de la durée de l’investissement.

A lire aussi : Comprendre le principe de la SCPI de rendement

4.2/5 - (16 votes)
Article précédentQue protège l’assurance décennale ?
Article suivantComment les services de traduction aident les entreprises dans la crise financière COVID-19