Ce qu’il faut savoir sur les ICO (Levée de fonds en cryptomonnaie)

Ce qu'il faut savoir sur les ICO

Avez-vous déjà entendu parler de l’ICO ou de la levée de fonds en cryptomonnaie ? Cette nouvelle pratique fait l’objet de plusieurs discussions actuellement sur le web, alors que beaucoup ne maîtrisent pas encore bien la notion. Découvrez les détails à son sujet, dont sa définition, le principe ainsi que les avantages et les inconvénients de cette technique, dans cet article.

ICO ou Initial Coin Offering : de quoi parle-t-on ?

Comme il a été précédemment présenté, l’ICO est une sorte de levée de fonds en cryptomonnaie ou crypto actif. On en parle parce qu’il s’agit d’une nouvelle pratique, qui a beaucoup excellé ces derniers temps.

Avec l’ICO, il s’agit pour le porteur de projet de récolter des fonds auprès de plusieurs entreprises pour pouvoir réaliser le projet en question. Les entreprises ou personnes en question seront, dans ce cas-là, appelées investisseurs.

En gros, la levée de fonds en cryptomonnaie n’a pas pour but d’acquérir un titre financier, elle consiste à verser des fonds pour acheter un droit. Celui-ci pourrait être un droit sur un bien ou un droit de profiter d’une prestation de service. Le porteur de projet pourra ainsi assurer les contreparties qui reviennent à l’investisseur tout en gardant un total contrôle sur son projet, qui peut varier en fonction de la situation, vu qu’il n’a pas à céder des parts, des actions et encore moins à devenir le débiteur d’une autre entreprise.

Comment fonctionne l’ICO ?

La réalisation de l’ICO dépend de trois éléments indispensables et cumulatifs. Il s’agit en premier lieu des crypto-actifs, en second lieu de la cryptomonnaie et en troisième lieu de la technologie blockchain.

Les crypto-actifs sont des jetons, autrement dit, des tokens que le porteur de projet dépose sur la plateforme dédiée à l’ICO. Ils pourront être utilisés pour bénéficier d’une prestation ou pour acquérir un bien une fois que le projet aura bel et bien abouti. En tant que bon d’achat, sa valeur doit nécessairement correspondre aux tarifs qui seront fixés par le porteur de projet pour une telle prestation ou un tel bien dans le futur. Celui-ci doit le promouvoir afin que les investisseurs s’y intéressent.

Ce qui nous mène au second élément indispensable à l’ICO, qui est la cryptomonnaie. Cette dernière est ce que nous connaissons tous comme Bitcoin ou Éthers. Les investisseurs vont s’en servir pour acheter les jetons. Enfin, la technologie blockchain sera nécessaire pour enregistrer la propriété des jetons ou des tokens une fois qu’ils seront achetés. Pour en savoir plus sur l’échange de cryptomonnaies et commencer à trader, vous pouvez visiter immediate-edge.io.

Les avantages de l’investissement dans l’ICO (Initial Coin Offering)

Cette technique se différencie amplement de la manière de faire classique qui consistait d’une part à investir dans un secteur d’activité déjà mis en place et qui avait déjà beaucoup d’utilisateurs afin de faire un maximum de bénéfice. D’une autre part, l’ICO ou Initial Coin Offering, est une levée de fonds qui n’a pas des actions ou des titres comme contreparties. Ces caractéristiques s’avèrent extrêmement avantageuses, d’un pour le porteur de projet, et de deux pour l’investisseur.

La levée de fonds en cryptomonnaie : une pratique intéressante pour les porteurs de projet

Autrefois, le porteur de projet devait céder une partie de son projet à des investisseurs en guise d’action et de contrepartie à son investissement. Cette fois-ci, il pourra empocher le capital qu’il lui fait en gardant un contrôle total sur son projet. Par le biais de cette levée de fonds, il pourra dans ce cas démarrer son projet. Mais il ne devra pas partager la direction de ce dernier avec un ou plusieurs investisseurs. Celui-ci n’aura encore moins des obligations ou des créances à honorer vis-à-vis des investisseurs en question, vu que l’ICO implique l’achat d’un droit d’utiliser un service ou un bien une fois que le projet sera mis en place.

Cependant, le porteur de projet doit en premier temps veiller à ce que le projet aboutisse correctement, soit à ce qu’il soit rentable étant donné le risque que l’investisseur prend en y croyant et en fournissant le capital nécessaire.

Un achat de tokens également favorable à l’investisseur

Acheter des jetons par le biais d’une cryptomonnaie (Bitcoin, éthers…) ne peut, certes, pas  aboutir à l’achat d’une action ou à l’acquisition d’une part d’une société ou d’un projet. Un investisseur aura, dans le futur, le droit de profiter d’un service ou d’acquérir un bien, selon le type et les caractères du projet en question. Cette utilisation pourrait être gratuite en guise des tokens acquis ou être faire l’objet d’une réduction de prix.

Dans certains cas, celui-ci pourra revendre les tokens une fois qu’ils auront fait des plus-values dans le temps. Cela arrive lorsque les tarifs pour bénéficier des prestations de l’entreprise créée augmentent ou que la valeur du bien proposé par la société augmente aussi. Cette vente se fait généralement sur le marché secondaire. Il consiste à échanger le jeton ou le token en question contre de la cryptomonnaie. C’est une technique qui semble très rentable bien que sa réalisation soit toujours complexe en ce moment.

Qu’en est-il des risques encourus en investissant dans l’ICO ?

L’incertitude qui plane autour de l’aboutissement du projet expose l’investisseur qui y croit à d’énormes risques. En plus, s’il s’agit d’un nouveau secteur d’activité, son émergence n’est également pas assurée et encore moins l’intérêt des consommateurs qui garantira sa rentabilité. En dépit de cela, l’ICO demeure une alternative efficace et intéressante pour un investisseur et un porteur de projet.

4.5/5 - (33 votes)
Article précédentCrédit immobilier : pourquoi faire appel à un courtier ?
Article suivantDispobank, la banque en ligne de la BRED : services, tarifs et souscription