Immobilier

Comment vendre un bien immobilier de particulier à particulier ?

Comment vendre un bien immobilier de particulier à particulier ?

Vous souhaitez mettre en vente votre bien sans passer par une agence immobilière ? Il est vrai que ce choix présente certains avantages. Dans cet article, nous vous expliquons comment procéder.

Vendre de particulier à particulier : pour quelles raisons ?

Plusieurs raisons peuvent pousser un particulier à vendre son bien par ses propres moyens. En effet, le choix de vendre de particulier à particulier peut se faire pour différentes raisons.

Un gain économique

La première raison qui peut pousser un particulier à vendre son bien par ses propres moyens porte sur le plan économique. En effet, le fait de passer par une agence immobilière pour vendre votre bien vous oblige à payer des honoraires d’agence, appelés « commissions d’agence ». Il n’existe aucune réglementation précise pour encadrer ces frais. Toutefois, dans la majorité des cas, le montant des honoraires est défini en proportion du prix de vente, pouvant aller de 3 à 10 %.

Si vous faites appel à un agent immobilier pour vendre votre bien, vous devrez prendre en compte les frais d’agence dans le prix de vente affiché sur l’annonce. Cela diminuera indéniablement le montant que vous encaisserez à l’issue de l’opération.

En choisissant la vente de particulier à particulier, vous éviterez ces frais d’agence et réaliserez ainsi de belles économies.

Une vente totalement sécurisée

La vente de particulier à particulier est totalement sécurisée. Elle vous offre les mêmes garanties juridiques qu’une vente effectuée via un agent immobilier. En effet, tout acte de vente définitif d’un bien immeuble doit impérativement être établi par les soins d’un notaire. En somme, l’exigence d’un acte authentique est aussi bien valable pour les ventes de particulier à particulier que pour les cessions via un professionnel de l’immobilier.

Le rôle de l’agent immobilier au stade final de la procédure de vente est donc supplétif et non-obligatoire. Authentifier l’acte de vente chez un notaire suffira à offrir toute la sécurité juridique à votre transaction immobilière.

Et encore mieux, Il vous est même possible de faire appel aux conseils du notaire dès le début de la procédure de vente pour sécuriser le déroulement de la vente.

Une transaction personnalisée

Vendre votre bien de particulier à particulier présente également un autre avantage : cela vous permet de réaliser une transaction immobilière personnalisée. En effet, en tant que vendeur, vous avez une connaissance exhaustive de votre bien. Vous êtes donc le plus à même de gérer les visites et vanter ses mérites auprès des potentiels acquéreurs. En outre, la vente de particulier à particulier vous permet d’asseoir un dialogue personnel entre le vendeur et l’acheteur. Cela autorisera d’éventuelles négociations quant au prix de vente du bien, ce qui ne sera pas forcément évident si vous passez par une agence immobilière, avec laquelle vous aurez moins de marche de manœuvre.

Lire aussi :  Faut-il investir dans le secteur de l'immobilier ?

Vendre un bien de particulier à particulier : comment procéder ?

Voici les différentes étapes à respecter pour vendre votre bien dans les meilleures conditions.

Étape n°1 : établir un descriptif précis de votre bien

Si vous décidez de vendre sans intermédiaire, vous devrez rédiger l’annonce immobilière de votre bien.

Avant cela, veillez à remettre la main sur le titre de propriété signé lors de son acquisition. En plus d’être exigé par le notaire, il vous permettra de retrouver certains éléments et caractéristiques à propos de la surface, du nombre de pièces, de l’emplacement, etc… Ces informations vous seront utiles pour établir au mieux l’annonce de vente de votre bien.

Même si cela n’est pas obligatoire, il est vivement conseillé d’y indiquer la surface habitable de votre bien, dans un souci de transparence. Elle est à distinguer de la surface utile, qui prend en compte le nombre de pièces, les étages, le sous-sol, la cave…

En outre, précisez également la localisation du bien. Afin de mettre en avant les atouts de votre logement, il est important d’insister sur les points d’intérêt qui sont situés à proximité de votre logement : commerces, écoles, espaces verts, transports en commun…

Étape n°3 : Fixer le prix de vente de votre bien

Maintenant que vous avez fait le point sur les caractéristiques de votre logement, il est temps d’en fixer le prix.

Combien vaut votre bien ? A quel prix pouvez-vous le vendre ? Pour répondre à ces questions, vous devrez estimer votre bien immobilier à sa juste valeur. En effet, positionner le prix de votre bien sur le marché immobilier sera primordial pour vendre dans les meilleures conditions.

Cependant, estimer un bien immobilier à sa juste valeur n’est pas chose évidente pour un particulier. En effet, cela nécessite d’avoir des connaissances pointues du marché immobilier local, c’est-à-dire des prix pratiqués selon divers critères tels que la situation géographique, l’année de construction ou encore l’agencement.

C’est pourquoi, il est généralement conseillé de faire appel à l’expertise d’un professionnel de l’immobilier. Toutefois, rien ne vous empêche au préalable de vous faire une idée par vous-même de la valeur de votre bien. Pour cela, il faudra étudier les critères objectifs à prendre en compte pour estimer votre bien, et apprécier l’état du marché immobilier à l’aide de divers outils mis à votre disposition et accessibles en ligne.


Pour en savoir plus, cliquez-ici.

Étape n°4 : réaliser les diagnostics immobiliers obligatoires

Sachez qu’en tant que vendeur, vous devrez fournir à l’acheteur un certain nombre de documents obligatoires relatifs à l’état du logement, dont l’ensemble constitue le dossier de diagnostic technique immobilier (DDT) du logement. La loi vous impose de fournir ces documents sous peine d’être responsable des conséquences de ce défaut d’information. Vous ne pouvez donc pas en être dispensé.

Lire aussi :  Comment devenir diagnostiqueur immobilier ?

Ce dossier devra inclure les diagnostics concernant :

  • Le risque d’exposition au plomb (CREP)
  • L’état d’amiante
  • La présence de termites
  • L’état de l’installation intérieure de gaz et d’électricité
  • L’État des Risques et Pollutions (ERP)
  • La pollution des sols
  • La performance énergétique

La plupart de ces diagnostics doivent être réalisés par un professionnel, à savoir un diagnostiqueur immobilier, certifié par un organisme accrédité dans le domaine de la construction.

A noter : N’hésitez pas à interroger votre notaire sur vos obligations exactes envers l’acquéreur.

Étape n°5 : préparer votre bien immobilier pour les visites

Une fois mis en vente, il est temps de préparer votre bien aux futures visites. Il s’agit d’une étape décisive, que vous soyez propriétaire d’une maison ou bien d’un appartement. En effet, les potentiels acquéreurs doivent pouvoir se projeter dans le logement. Il est donc indispensable de valoriser l’aspect de votre bien immobilier. Ne vous inquiétez, cela ne nécessite pas forcément de réaliser de gros travaux. Souvent, quelques petits aménagements suffisent pour remettre le bien au goût du jour avant les visites.

En somme, préparer votre bien immobilier consistera à :

  • Nettoyer le logement dans les moindres recoins ;
  • Dépersonnaliser au maximum le logement afin que les visiteurs s’y projettent ;
  • Déplacer les affaires encombrantes et volumineuses pour rendre votre logement spacieux ;
  • Repeindre les murs tachés ou sombres pour éclairer vos pièces ;
  • Réaliser des travaux si nécessaire.

Étape n°6 : formaliser la vente immobilière de votre bien

Vous avez trouvé un acquéreur pour votre bien immobilier ? Il va maintenant falloir négocier.

En effet, l’acheteur va formuler une offre d’achat (écrite ou orale), qui se révèle généralement inférieure au prix affiché, que vous êtes tout à fait en droit de refuser, ou négocier. Une fois que vous aurez répondu favorablement à une offre écrite, vous serez alors engagé à vendre au prix indiqué, excepté en cas de désaccord sur les formalités de vente.

Ensuite, c’est la partie juridique et réglementée qui finalisera l’opération de vente de votre bien. L’avant-contrat (ou compromis de vente) fixe l’accord entre le vendeur et l’acheteur sur la nature et le prix du bien vendu, ainsi que sur les conditions de la vente.

Enfin, la signature de l’acte authentique chez le notaire finalisera la vente de votre bien.

A propos de l'auteur

Anais Peresson

Anais Peresson

Je m’appelle Anaïs et suis titulaire d’une Maîtrise de Droit Economique et des Affaires. J’ai l’habitude de traiter de multiples sujets, des plus légers aux plus complexes, particulièrement dans les domaines du Droit et de la Finance.