Accessibilité podotactile des escaliers

Vous êtes-vous déjà demandé s’il y avait une raison à ces surfaces rugueuses que vous voyez sur les trottoirs et près des marches ? La réponse est OUI. Ces dispositifs aident les piétons malvoyants à se déplacer en toute confiance et de manière indépendante dans l’environnement urbain. Les ERP, tels que les banques doivent en être équipés.

En effet, un revêtement podotactile permet d’obtenir de nombreuses informations sur l’endroit où il faut traverser la route, les dangers éventuels ainsi que et l’emplacement du haut et du bas des marches. Mal utilisé, il peut transmettre des informations erronées à ceux qui en ont le plus besoin. Pour l’heure, il existe deux formes principales d’accessibilité podotactile. Les produits d’alerte, sous forme de points, indiquent la présence de dangers. Les produits directionnels sous forme de barre aident à s’orienter le long d’un chemin de déplacement continu et accessible.

Quels sont les différents types de bandes podotactiles ?

Les indicateurs podotactiles sont des éléments de surface texturés qui prennent généralement la forme de barres directionnelles. On les applique sur les surfaces de marche pour donner une orientation directionnelle aux personnes aveugles ou malvoyantes.

Plus explicitement, les indicateurs podotactiles directionnels aident les personnes malvoyantes à naviguer dans les espaces ouverts. Ils indiquent aussi le chemin accessible continu à suivre.

Les formats des bandes podotactiles

Les podotactiles sont disponibles en deux formats d’application :

  • les podotactiles individuels ou clous podotactiles, qui peuvent être installés dans des dimensions personnalisées en fonction du domaine d’application ;
  • les podotactiles en format de plaque, qui est une plaque préréglée de 300 mm x 600 mm ou de 300 mm x 300 mm pour les applications standard.

bande podotactile pour escaler d'ERP

Le matériau de fabrication des bandes podotactiles

Les indicateurs podotactiles peuvent être fabriqués à partir de différents matériaux, y compris :

  • le béton préfabriqué,
  • le polyuréthane,
  • l’acier inoxydable,
  • le caoutchouc,
  • la céramique.

Notez que les clous podotactiles doivent respecter les normes pertinentes relatives aux exigences en matière de dimensions et d’espacement. Vous pouvez trouver un clou podotactile à visser sur des sites spécialisés. Les indicateurs podotactiles peuvent être fabriqués dans un matériau qui résiste aux conditions difficiles de l’environnement routier. Durables, et résistants aux UV ainsi qu’à la corrosion, le laiton et le polyuréthane restent de loin les plus prisés.

Les indicateurs podotactiles en polyuréthane et en acier inoxydable peuvent être installés à l’intérieur ou à l’extérieur. Ils sont conçus comme des rétrosystèmes d’ajustement, ce qui signifie qu’ils peuvent être installés après que le substrat ait été posé.

En ce qui concerne la couleur standard, il s’agit du jaune de sécurité. Cela ne vous empêche pas pour autant d’opter pour d’autres couleurs unies ou métalliques.

La plupart des indicateurs podotactiles en acier inoxydable sont de qualité supérieure. Comme pour le plot indicateur tactile en polyuréthane, ils peuvent être installés à l’intérieur ou à l’extérieur, ajoutés à de nouvelles surfaces ou des surfaces existantes. Ils sont conçus comme des systèmes d’ajustement, c’est-à-dire qu’ils peuvent être installés après la pose du substrat.

Les indicateurs podotactiles en laiton se démarquent également par leur durabilité. Parce que la qualité du laiton peut varier, il doit être fabriqué à partir de matériaux de qualité pour éviter la corrosion.

Autre variante à connaître : les indicateurs podotactiles en aluminium. Cependant, l’acier inoxydable et le laiton sont les matériaux préférés. L’aluminium a tendance à être plus mou. Il ne s’adapte pas forcément à une circulation intense à pied ou sur roues.

Où placer les bandes podotactiles ?

Quels sont les lieux judicieux où installer les bandes podotactiles dans les ERP ?

1. Les escaliers

Les escaliers sont partout : de l’entrée de la gare aux magasins, dans les halls d’entrée, les immeubles de bureau, les centres commerciaux… Ce sont tous des endroits où nous interagissons quotidiennement.

Les personnes ayant une vision complète n’ont aucun mal à les reconnaître. Mais pour les malvoyants, ces structures peuvent représenter un danger important. En effet, les malvoyants font deux fois plus de chutes que les personnes pleinement valides. Pour réduire le niveau de risque, les dangers doivent donc être clairement identifiés. Cela est particulièrement important sur les escaliers dont les marches sont irrégulières. Il en est de même pour les escaliers qui ne sont pas munis de rampes.

Petite précision : les bandes podotactiles ne sont généralement pas exigées sur les paliers intermédiaires, surtout lorsque les escaliers sont équipés de mains courantes des deux côtés qui s’étendent sur toute la longueur sans aucune interruption.

Les mains courantes sont une autre aide cruciale pour les malvoyants. Ils s’y fieront pour indiquer le début et la fin de l’escalier. En cas de rupture de la main courante, ou si un autre chemin mène au palier, il faut appliquer les bandes podotactiles.

2. Les escalators

De nombreuses personnes malvoyantes utilisent des escaliers mécaniques pour se déplacer facilement d’un étage à l’autre. Comme il s’agit de structures mobiles, il est important que tous les piétons puissent déterminer clairement où commence et où finit l’escalator. Une bande podotactile sera à prévoir en haut et en bas de l’escalator, car il s’agit d’un élément mobile.

clou podotactile à visser

3. Le tapis roulant/marche à pied

On le trouve couramment dans les aéroports et les grandes installations publiques. Les tapis roulants ou marches mobiles réduisent considérablement le niveau d’effort requis pour parcourir de longues distances à pied. Elles sont généralement très sûres, car elles présentent une surface plane et sont dotées de mains courantes de chaque côté.

Toutefois, les personnes malvoyantes doivent impérativement savoir qu’elles sont sur le point d’approcher d’un convoyeur en mouvement. Dans le cas contraire, elles pourraient être exposées à un risque de blessure ou de choc. Une bande podotactile sera à prévoir avant l’entrée et une à la sortie du tapis roulant, car il s’agit d’un élément mobile.

4. Les rampes

Un changement soudain d’inclinaison peut être assez déconcertant pour les malvoyants. Les rampes ou escaliers dont l’approche est de 3 mètres ou plus doivent être équipés de podotactiles. Ces derniers seront installés à une profondeur minimale de 600 mm. Les rampes ou les escaliers dont l’approche est inférieure à 3 mètres peuvent être équipés de dispositifs podotactiles installés à une profondeur de 300 mm.

5. Les zones dépourvues de barrières appropriées

Parfois, les zones à risque ne sont pas protégées par des rampes ou d’autres barrières appropriées. Dans les zones dépourvues de barrières appropriées, des podotactiles doivent être installés, surtout si les dangers aériens se situent à moins de 2 mètres au-dessus du niveau du sol et/ou du plancher.

6. Les passages pour piétons

Les indicateurs podotactiles sont essentiels aux passages pour piétons. Ils précisent où commence et finit un passage de sécurité. Sans indication appropriée, les piétons malvoyants se trouveraient toujours dans une situation très dangereuse.

Article précédentPourquoi souscrire une assurance pour son association ?
Article suivantRisque de pollution : quel impact pour une vente ?