Défiscalisation : faut-il se tourner vers l’étranger ?

défiscalisation étranger

Il a souvent été d’usage de se tourner vers des investissements à l’étranger pour éviter une trop forte imposition en France. Et pourtant, les méthodes de défiscalisation sur le territoire sont nombreuses et plutôt efficaces. Entre l’immobilier, l’épargne retraite et les divers investissements, est-il plus intéressant d’investir en France ou à l’étranger pour sa défiscalisation ?

La défiscalisation en France est-elle profitable ?

Il est courant pour les personnes possédant un capital d’investir à l’étranger pour ne pas alourdir leur fiscalité en France. Elles profitent des conventions fiscales entre les pays pour bénéficier d’avantages, en sachant qu’il n’y a pas de prélèvements sociaux sur les revenus de source étrangère.

Et pourtant, investir en France génère des revenus supplémentaires sans augmenter l’impôt pour autant. La défiscalisation vous intéresse ? Vous préféreriez que vos investissements restent dans l’hexagone ? Un expert en gestion de patrimoine et en défiscalisation en France, tel que gotoinvest.com, vous éclairera sur la solution la plus adaptée pour vous constituer un capital à long terme.

L’immobilier

Parmi les mécanismes permettant de profiter d’avantages fiscaux, investir dans l’immobilier fait partie des incontournables. Après avoir fini de payer pour votre logement principal, vous pourriez être tenté d’investir dans un logement secondaire. L’objectif étant de le louer pour bénéficier d’un avantage fiscal. Plusieurs dispositifs existent pour réduire ses impôts en investissant dans l’immobilier.

La Loi Pinel

Pour le neuf, la loi Pinel prévoit une réduction d’impôts pour l’investissement dans un bien neuf et destiné à la location. Pour l’ancien, le principe de défiscalisation par l’investissement s’applique aussi. Vous investissez dans de l’ancien pour le réhabiliter et le mettre en location par la suite. L’éligibilité à la loi Pinel d’un bien ancien rénové nécessite des aménagements techniques équivalents à l’immobilier neuf. Ici, la rentabilité locative est accrue et le montant des travaux est déductible des loyers.

La loi Denormandie

Elle prend la place de l’ancien dispositif Cosse pour la location abordable et complète la loi Pinel sur l’immobilier ancien. Il s’agit toujours d’investissement locatif, mais il concerne les zones où les biens ont besoin de rénovation ou sont vacants. Les biens sont rachetés afin d’être rénovés et remis en location. Cette loi concerne aussi bien les particuliers qui cherchent à rénover de l’ancien, que les promoteurs à la recherche d’ancien rénové à racheter.

defiscalisation-a-l-etranger

La loi Censi-Bouvard

Elle s’inscrit dans le cadre du statut de Loueur Meublé Professionnel (LMP) et vise l’investissement dans des résidences de service neuves ou rénovées et meublées. Pour y être éligibles, ces biens doivent bénéficier de l’agrément qualifié « services à la personne ». Il s’agit notamment des résidences d’étudiants ou pour senior et des EHPAD.

Parmi les autres dispositifs de défiscalisation par l’immobilier, il y a également le statut Loueur Meublé Non Professionnel (LMNP) et la Société Civile de Placement Immobilier (SCPI).

Placements dans les PME

Si vous souhaitez soutenir une petite société, il faut savoir qu’investir dans des parts de petites ou moyennes entreprises vous fait bénéficier d’un avantage fiscal. Il s’élève à 18% de votre investissement et il est déduit sur votre impôt sur le revenu.

Il faut également savoir que les entrepreneurs peuvent investir dans leur propre PME. L’acquisition de parts de PME expose toutefois à des risques de pertes en cas de faillite de l’entreprise.

Défiscaliser en France : investir dans les FCPI

Les particuliers ne souhaitant pas entrer dans le capital d’une PME peuvent opter pour l’acquisition de parts de FCPI (Fonds Communs de Placement dans l’Innovation). Vous pouvez bénéficier de réductions fiscales pouvant aller jusqu’à 18% si la vaste majorité de vos placements sont investis dans des PME innovantes.

Les SOFICA

Les SOFICA sont les Sociétés pour le Financement de l’Industrie Cinématographique et Audiovisuelle. Elles ne sont agrémentées qu’après contrôle du Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC) et de la Direction générale des finances publiques (DGFiP), et validation de l’Autorité de marchés financiers (AMF).

Les placements effectués auprès de ces entités donnent lieu à des réductions d’impôt, pouvant aller jusqu’à 30% des sommes versées sur l’année d’avant.

L’investissement maximal autorisé est plafonné en fonction du revenu de la personne qui investit et ne peut dépasser la somme de 18 000 euros par an.

Investir dans les groupements forestiers pour défiscaliser

Cette forme de placement permet d’investir dans une forêt ou dans des vignes au sein d’une exploitation. Les groupements forestiers sont des sociétés civiles ayant pour vocation de développer le reboisement, d’améliorer et de protéger les forêts. L’investisseur peut soit acheter une forêt (ou des parts d’une forêt), soit financer des travaux forestiers.

En plaçant dans un groupe forestier, vous passez d’investisseur à associé. Votre impôt sur le revenu peut alors être déduit à hauteur de 18% des sommes que vous aurez placées.

defiscalisation-faut-il-se-tourner-vers-l-etranger

Se tourner vers l’épargne retraite

Ouvrir un plan épargne retraite (PER) est une étape incontournable pour nombre de personnes. La création de ce placement défiscalisant remonte à la loi Pacte de mai 2019.

En 2020, les salariés pouvaient obtenir une déduction fiscale dans la limite d’un plafond calculé selon les bases suivantes :

  • 10% du revenu imposable de l’année 2019, avec un plafond de 32419 euros (soit 10% de 8 fois le Plafond Annuel de la Sécurité Sociale 2019)
  • et si plus favorable, dans la limite de 10% du PASS 2019

Dans une veine similaire, pensez également à souscrire un contrat d’assurance-vie. Il vous permet de mettre un petit capital de côté, pour être à l’abri en cas d’accident, de maladie ou d’un autre coup dur. Il faut toutefois noter que les bénéfices et les intérêts ne cessent d’être imposables qu’à partir de la 8e année après signature du contrat, et ce en respectant des plafonds annuels.

Les autres dispositifs de défiscalisation en France

Le Plan d’Épargne en Actions (PEA) est un genre de compte-titres. En respectant une durée d’épargne de 5 ans après le premier dépôt, les bénéfices et les intérêts générés par le PEA sont ensuite exonérés d’impôts. Son plafonnement est fixé à 150 000 euros pour un PEA classique et 75 000 euros pour un PEA des PME.

Parmi les autres dispositifs, vous pouvez également recourir au mécénat ou au sponsoring. Le mécénat est fiscalement traité comme un don, car son objectif est philanthropique. Le sponsoring, bien qu’il ait une dimension publicitaire, donne lui aussi lieu à des réductions d’impôts.

Article précédentComment choisir une SCPI de rendement en 2021 ?
Article suivantLa vente immobilière : les principaux acteurs à connaître