Assurance

Assurance mobile : comment ça fonctionne ?

Assurance mobile : comment ça fonctionne ?

Ça y est, vous venez de faire l’acquisition d’un nouveau téléphone portable. En regardant le prix figurant sur la facture vous vous posez la question de l’assurance mobile. A juste titre lorsque l’on sait que les smartphones dernière génération valent désormais le prix d’un petit ordinateur portable.
Mais que couvre exactement cette assurance ? Auprès de qui pouvez-vous la souscrire ? Dans quel délai après la date d’achat ?

Qu’est-ce que c’est ?

Le contrat d’assurance mobile est une couverture d’assurance permettant la prise en charge des frais liés à un vol ou des dommages de votre appareil mobile.
La notion d’appareil mobile peut être très large, selon les assureurs et ainsi prendre en compte :

  • Le smartphone ou téléphone mobile
  • Un appareil de musique portable (lecteur mp3, mp4, ipod, …)
  • Une tablette
  • Un casque audio

En somme, tous les appareils fonctionnant de manière nomade, sur batterie.

A noter également que cette couverture d’assurance peut éventuellement être étendue à tous les membres de la famille. Il n’est pas non plus nécessaire d’avoir acheter les appareils mobiles uniquement après l’assurance.

 

Le fonctionnement de l’assurance mobile

Qu’est-ce qu’un risque en assurance ?

Un risque en assurance doit respecter le principe FLAIR :

  • Futur : L’appareil doit être en parfait état de fonctionnement au moment de la souscription du contrat. Aucun dommage antérieur ne pourra être pris en charge.
  • Licite : Le sinistre doit avoir été fait dans un cadre légal. Exit donc la prise en charge suite à la participation d’une rixe sur fond de consommation de substance illicite.
  • Aléatoire : Le sinistre ne doit pas être prévisible. Par exemple, la panne arrivant au bout de 5 ans d’utilisation. Pour éviter ce risque, les contrats limitent donc l’âge maximum des appareils.
  • Indépendant de la volonté : les dommages ne doivent pas avoir été causés par l’assuré lui-même. Par exemple dans le but de changer d’appareil.
  • Réel : la situation ayant aboutie au sinistre doit être réelle et non pas sortir de l’imagination de l’assuré

Auprès de qui souscrire l’assurance ?

  • Bien souvent, le vendeur professionnel propose une assurance dans le cadre de l’achat. Cela peut être par l’intermédiaire d’un vendeur spécialisé de type Boulanger ou Darty ou bien via votre opérateur téléphone comme Bouygues Télécom, Orange ou encore SFR ou Free. Dans ce cas, le vendeur est un simple représentant d’une compagnie d’assurance tierce.
  • Directement auprès de l’assureur. Cela pourra donc être votre assureur habituel voir même par l’intermédiaire de votre conseiller bancaire.
  • Via votre contrat d’assurance habitation. Certains assureurs proposent en effet ce type d’option directement dans leur contrat d’assurance habitation. Détenir tout en un seul contrat est en effet moins source de résiliation que plusieurs petits contrats distincts.

Quelles sont les garanties ?

  • Vol. Certaines compagnies rajoutent la notion de vol avec violence. Cela exclurait donc les vols par ruse ou du fait d’une inattention de l’assuré. Par exemple le fait de poser son portable sur la table en buvant son café en terrasse d’un café. Vérifiez bien les petites lignes dans votre contrat.
  • Bris accidentel, du fait d’un tiers. Exit donc les mauvaises manipulations, le téléphone qui vous font lâcher votre téléphone
  • Oxydation : Toutes les compagnies d’assurances ne proposent pas systématiquement cette garantie. Celle-ci couvre en effet l’altération des circuits électriques et électroniques de l’appareil suite à une exposition prolongée à une matière liquide. Celle-ci entrainant le dysfonctionnement de l’appareil.
  • Panne : L’appareil ne fonctionne plus suite à un dysfonctionnement des composants ou du logiciel. Dans ce cas plus que dans les autres, l’assureur fixe un âge limite à l’appareil. Une manière de pallier l’effet de l’obsolescence programmée.

Services additionnels :

Des options sont possibles afin d’étendre les garanties de base :

  • Prêt d’un appareil équivalent en cas de sinistre
  • Prise en charge des communications frauduleuses

Les exclusions possibles :

Chaque compagnie d’assurance a son propre positionnement commercial.

Dans les exclusions récurrentes se retrouvent ainsi les faits contrevenant au principe FLAIR énoncé plus haut :

  • La faute intentionnelle de l’assuré.
  • Une utilisation contraire aux recommandations constructeur
  • Un défaut d’entretien
  • L’utilisation d’accessoire qui ne seraient pas d’origine
  • La casse par inadvertance, sans fait extérieur l’ayant provoqué
  • Le vol par ruse

Quel est le prix d’une assurance mobile ?

Les tarifs pratiqués pour cette assurance directement des garanties proposées.
La fourchette de prix s’étale ainsi de 5 € à une trentaine d’euros (30€) pour une prise en charge de tous les appareils mobiles de toute la famile.

Que faire en cas de sinistre ?

Comme de nombreux contrats d’assurance, vous devrez déclarer le sinistre dans un délai de 5 jours ouvrés.

Selon la circonstance du sinistre, vous devrez éventuellement être en mesure de produire un dépôt de plainte effectué en gendarmerie ou hôtel de police. De plus, la facture d’achat de votre appareil vous sera demandée afin de justifier que vous en êtes bien le propriétaire.

En cas de dommage sur l’appareil, la compagnie d’assurance pourra vous demander de lui envoyer l’appareil pour expertise.

Pensez bien à vous renseigner en amont sur la prise en compte des achats d’occasion, avec certificat de cession.

Le conseil d’ilbi.org

Loin de représenter une dépense anodine, les appareils mobiles sont devenus de précieux alliés de nos quotidiens. Alliés oui, coûteux également. Certes, cette assurance n’est en rien obligatoire. Il s’agit simplement de se poser la question : que faire si on me le vole ou qu’il est cassé ? Ai-je la capacité financière d’en racheter un ?
Et comme pour tous les contrats d’assurance, veillez bien à lire toutes les conditions de prise en charge et les exclusions.

A propos de l'auteur

Karine Girardin

Karine Girardin

Après 12 ans dans la banque en tant que conseiller financier (dont 6 ans en tant que conseillère spécialisée en financement habitat), j'ai souhaité partagé mes connaissances au plus grand nombre. C'est ainsi que j'exerce, depuis fin 2018 en tant que rédactrice web freelance.