Sobriété énergétique en entreprise : 5 actions concrètes à suivre

Sobriété énergétique en entreprise : 5 actions concrètes à suivre

Lancé en 2021 par le Gouvernement, dans un contexte de crise économique et climatique, le plan de sobriété énergétique vise à faire baisser de 10%, d’ici 2024, notre consommation d’énergie.

Alors que celle des entreprises représente 46,5% du volume total, selon le Réseau de Transport d’Electricité (RTE), par quelles mesures simples et efficaces peut-on la réduire ? Découvrez nos 5 actions à mettre en place au sein des entreprises.

1. Réduire la consommation de chauffage

C’est le point central du plan de sobriété. Déjà légiférée depuis le dernier choc pétrolier en 1973, la recommandation de la température moyenne de chauffage, basée autour de 19°C, est de nouveau préconisée.

  • Dans les faits, baisser la température d’1 degré dans certaines pièces et bureaux permet d’économiser jusqu’à 7% de sa consommation.
  • Dans les entrepôts, par exemple, cela peut se concrétiser par des tenues de travail adaptées à vos collaborateurs en choisissant par exemple une sélection de bonnets publicitaires personnalisés et des vêtements chauds et corporate, vestes softshell et polaires.
  • A l’inverse, en été, une climatisation réglée à 26°C et la distribution de ventilateurs contribuent à éviter les excès.
  • Diminuer la consommation d’eau chaude sanitaire à 55°C.

2. Mieux éclairer les bureaux et les bâtiments

Au quotidien, il est possible d’améliorer la performance énergétique de son entreprise par le suivi d’un DPE (diagnostic de performance énergétique) et s’orienter vers des solutions d’énergie propre afin de diminuer sa facture d’énergie.

  • Installer des détecteurs de présence ou un système de minuterie automatisé dans les couloirs et les lieux de passage.
  • Utiliser des ampoules à LED, à faible consommation (75% en moins que les ampoules à incandescence) et à durée de vie plus longue.
  • Privilégier la lumière naturelle dans la disposition des bureaux.
  • Eteindre les enseignes lumineuses extérieures tout comme l’éclairage nocturne à l’intérieur des magasins.
  • Etablir un diagnostic énergétique de son bâtiment en matière d’isolation thermique et d’énergies renouvelables, par l’installation de films isolants sur les fenêtres ou des panneaux solaires sur le toit par exemple.

3. Être plus vigilant sur son empreinte numérique

Selon l’Ademe, 47% des émissions de gaz à effet de serre générées par le numérique sont dues aux équipements informatiques et 55% au trafic de données. Comme les bonnes pratiques de recyclage à suivre au bureau, il est important de prendre ses dispositions en matière d’usage des appareils numériques en adoptant des gestes simples :

  • Eteindre les ordinateurs à la fin de la journée, plutôt qu’une mise en veille des appareils.
  • Eviter le stockage des données trop volumineuses et inutiles sur les serveurs, comme certaines pièces jointes dans les mails.
  • Optimiser sa recherche web en utilisant directement l’adresse des sites ou en les mettant en favoris.

4. Inciter à une mobilité plus douce

Outre la pollution qu’ils provoquent et le temps passé sur le trajet domicile-travail, les embouteillages quotidiens génèrent une hausse de consommation d’énergie. Afin de réduire l’impact carbone et économiser sa consommation de carburant, des mesures incitatives menées par les entreprises ou les collaborateurs eux-mêmes permettent de changer ses habitudes de façon bénéfique pour tout le monde.

  • Organiser le covoiturage entre collègues.
  • Inciter à prendre les transports en commun à travers l’indemnité de transport employeur.
  • Favoriser l’usage du vélo avec le forfait mobilité durable.

5. Mettre en place une organisation de travail plus souple

En filigrane, mieux organiser la journée de bureau de vos collaborateurs influe directement sur leur qualité de vie au travail. Si la flexibilité en est un exemple probant, elle permet aussi de faire des économies d’énergie.

  • Déterminer des horaires décalées (large plage horaire d’arrivée et de départ dans l’entreprise) afin d’éviter les heures de pointe.
  • Mettre en place le travail hybride entre présence au bureau et télétravail.

Au final, la formule “consommer moins mais mieux” prend ici tout son sens. Ces mesures anti-gaspillage de consommation raisonnée et d’écogestes participent à l’effort collectif de la sobriété énergétique des entreprises dans un élan positif global de changement de nos habitudes.

4.2/5 - (17 votes)