Comment rester à l’écoute des appels d’offres sur les marchés publics

marchés-publics

Les marchés publics sont des prestations proposées par des « acheteurs publics » comme les administrations d’Etat (ministères, préfectures, hôpitaux, musées, etc.) et les collectivités territoriales. Ils concernent la réalisation de travaux, l’achat de fournitures ou la fourniture de services variés. En France, les marchés publics représentent plusieurs milliards d’euros chaque année et constituent, par conséquent, une véritable mine d’or pour les petites et moyennes entreprises. Mais pour profiter de cette manne, encore faut-il pouvoir accéder à l’information à temps.

Surveiller les canaux officiels

Pour tout marché public dont le montant dépasse 40 000 €, les administrations publiques et les collectivités locales ont l’obligation d’informer publiquement les opérateurs économiques. Pour ce faire, elles passent des annonces dans les publications consacrées aux marchés publics ci-après :

  • Le Bulletin Officiel des Annonces des Marchés Publics (BOAMP). Ce site permet de rechercher des opportunités d’affaires en fonction de la région, de l’objet du marché ainsi que de la date de mise en ligne. Il est également possible de faire une veille concurrentielle sur les marchés passés ou attribués depuis 2006 en consultant les archives ;
  • Le journal Officiel de l’Union Européenne (le JOUE) ;
  • Les Journaux d’Annonces Légales (JAL).

Utiliser les outils de veille et d’alerte

Plusieurs entreprises privées proposent des outils de veille et d’alerte facilitant la veille des marchés publiques. Ces outils servent à surveiller étroitement les sources d’annonces légales afin de sélectionner, grâce à des filtres spécifiques, les annonces susceptibles de vous intéresser. En les utilisant, vous recevrez donc uniquement les opportunités correspondant à votre domaine d’activité. De plus, ces outils de veille et d’alerte vous donnent accès à la fiche détaillée de chaque offre, ainsi que toutes les informations sur le profil du donneur d’ordre :

  • Coordonnées ;
  • Contacts ;
  • Numéro SIRET ;
  • Historique des avis passés.

Vous n’aurez donc qu’à choisir les appels d’offres qui vous intéressent le plus et à y postuler.

marchés-publics-appels-offres

Consulter régulièrement les sites Internet officiels

De nombreux sites internet se font les relais des avis d’appels d’offres publiés par l’Etat et les collectivités territoriales. Cependant, la plateforme www.marches-publics.gouv.fr reste la principale référence pour avoir accès aux offres détaillées, avec toutes les informations utiles.

Tous les appels d’offres publics y sont regroupés sur la PLACE, la Plateforme des Achats de l’État. Idéale pour assurer une veille des marchés publics, elle donne accès à tous les appels d’offres émanant de l’État central, des services déconcentrés, des établissements publics ou encore des chambres de commerce.

La PLACE intègre plusieurs fonctionnalités permettant de :

  • Créer des alertes ;
  • Échanger avec l’entité publique ayant formulé la demande ;
  • Télécharger le DCE (Dossier de Consultation des Entreprises) afin de monter sa candidature ;
  • Soumettre une offre dématérialisée ;
  • Recevoir l’accusé sanctionnant la réception du pli ;
  • Participer à une séance d’enchère électronique.

Par ailleurs, chaque administration publique et chaque collectivité locale dispose généralement, sur son site web, d’un espace où ses appels d’offres publics sont publiés. Vous pouvez donc rechercher rapidement l’adresse du site web de celles qui vous intéressent et les consulter régulièrement pour être informé.

Se faire enregistrer comme prestataire

Rappelons, pour conclure, que les acheteurs publics n’ont pas l’obligation de rendre publiques les marchés d’un montant inférieur à 40 000 €. Par conséquent, l’idéal est de se faire connaître directement auprès des collectivités et des organismes publics qui recensent les entreprises de leur secteur et de leur région afin d’être contacté directement.

Article précédentPourquoi y a-t-il un prélèvement CEO sur mon compte ?
Article suivantComment calculer et déclarer son IFI ?