Faut-il vendre ou acheter à Bordeaux ?

Le coronavirus a-t-il impacté le marché immobilier à Bordeaux ? Malgré l’ampleur et les conséquences de cette pandémie, ce secteur semble subsister malgré les confinements successifs. En tout cas, les autorités étatiques veulent donner un coup de pouce au marché en incitant les institutions financières à encourager les investissements locatifs ainsi que les achats immobiliers. Leur objectif : retrouver la pleine croissance du marché d’avant la crise. Gros plan sur le marché immobilier à Bordeaux.

Le prix de l’immobilier à Bordeaux : vers une stagnation des prix

Pour l’heure, la crise du coronavirus n’aura pas eu raison du marché de l’immobilier à Bordeaux. Et pour cause, le marché a connu une croissance exceptionnelle ces dernières années.

L’immobilier bordelais : un marché prometteur

Contre toute attente, ne vous attendez pas à une chute des prix des biens. Pour rappel, le secteur immobilier à Bordeaux a enregistré une progression de 29,93% entre 2014 et 2018. Comparée à Toulouse qui n’a enregistré que 9,20%, cette croissance peut être qualifiée de fulgurante. Donc, si vous souhaitez investir dans la pierre, faites appel à une agence immobilière dans le quartier des Chartrons à Bordeaux, des experts vous accompagneront dans la réalisation de vos projets.

Les Chartrons : le quartier de prédilection des investisseurs immobiliers

Et pour ceux qui ne le savent pas, les Chartrons n’est autre que le quartier le plus prisé des amateurs de belles pierres. C’est surtout sa proximité au Triangle d’Or qui rehausse l’intérêt des Bordelais pour ce quartier. Donc, si vous comptez acheter un bien immobilier dans la région, c’est l’emplacement idéal. Vous ferez assurément un excellent investissement. Après Paris et Lyon, Bordeaux est en effet l’une des villes les plus chères de France.

vendre ou acheter à Bordeaux

A lire aussi : En quoi la Loi Pinel aide-t-elle les particuliers à investir ?

Vers une flambée des prix dans l’ancien à Bordeaux

Compte tenu de son attractivité, le marché immobilier dans l’ancien connaît une forte croissance. On parle même d’une flambée des prix. Concrètement, les biens ne se négocient plus, car les acheteurs sont prêts à les payer beaucoup plus cher. Déjà en 2020, le prix des appartements dans l’ancien a enregistré une hausse de 6,5%.

Cette tendance s’explique par la pénurie de l’offre de logement qui sévit dans toutes les grandes villes françaises. Il faut savoir que les confinements ont engendré des retards des projets de construction de programme neufs en VEFA. Donc, si vous disposez d’un budget assez conséquent, il s’avère judicieux d’investir dans l’ancien en vue d’une revente. Ce phénomène qui se traduit par une flambée des prix pourrait en effet très bien perdurer.

Le dispositif Pinel prolongé : bonne ou mauvaise nouvelle ?

À l’instar du Prêt à Taux Zéro (PTZ), le dispositif Pinel a été reconduit jusqu’en 2024. Ce qui permet aux acquéreurs immobiliers d’investir sereinement dans un appartement ou une maison. En revanche, il faudra s’attendre à des avantages fiscaux moindres à compter de 2023. Il a en effet été décidé que la réduction d’impôt passera de 12 à 10,5% dans le cas d’un engagement de 6 ans.

Pour un engagement de 9 ans, comptez sur 15% de réduction au lieu des 18% habituels. Et si vous vous êtes engagés sur 12 ans, sachez que la réduction d’impôt passera de 21 à 17,5% à partir du 1er janvier 2023. Il est même prévu que ces taux baisseront de nouveau à compter de janvier 2024.

A lire aussi : Investir dans l’immobilier : comparatif 2020 VS 2021