Actualité banque

Comment vérifier l’authenticité d’un chèque de banque ?

Comment vérifier l'authenticité d'un chèque de banque ?
4.6 (91.58%) 19 vote[s]

Le chèque de banque fait partie des méthodes de paiement les plus fiables et sécurisées pour régler une somme ou se faire régler, surtout si le prix de l’achat s’avère important. Le chèque de banque a l’avantage d’éviter le risque du chèque sans provision puisqu’il est émis par la banque qui aura au préalable vérifié la solvabilité de son client. Cependant, certaines précautions doivent être prises en compte par le bénéficiaire du chèque afin de s’assurer de son authenticité.

Voici les étapes à suivre.

1.     Vérifiez la présence d’un filigrane normalisé

Depuis 2009, un filigrane de haute protection est directement intégré dans le papier et non pas simplement imprimé sur celui-ci, cela afin d’éviter l’émission de faux chèques. Il contient la mention « chèque de banque » entourée de deux semeuses à gauche et à droite, et bordé par des flammes rayées en haut et en bas.  Figurant au dos de votre chèque, le filigrane est visible par transparence et recouvre la surface du chèque. Pour vérifier sa présence, il faudra donc placer le chèque près d’une source de lumière.

2.     Soyez attentif à l’aspect du chèque

Vous devez être attentif à l’aspect du chèque remis, car certaines caractéristiques visuelles peuvent s’avérer révélatrices d’une contrefaçon telles que des écritures différentes, des tâches ou des décalages d’impression. Par ailleurs, au même titre que le filigrane, le format du chèque est normé : il devra mesurer 175mm sur 80mm.

3.     Vérifiez les mentions obligatoires

Un chèque de banque authentique porte certaines mentions obligatoires. Il faudra ainsi vérifier que celui que vous avez entre les mains comporte :

  • Le nom de la banque émettrice
  • Le compte, le nom et l’adresse du tireur (acheteur)
  • Le montant en chiffres
  • Le montant en toutes lettres
  • Le lieu et la date d’émission du chèque
  • La ligne magnétique en bas du chèque (combinaison de lettres et de chiffres)
  • Le cadre « payable en France » avec indiqué l’identification du lieu de paiement et les coordonnées téléphoniques de l’établissement bancaire

Dans l’hypothèse où l’une de ces mentions ne figure pas sur le chèque de banque, ou que vous constatez des taches, des traces de grattage, des écritures différentes ou toute autre irrégularité, faites preuve de prudence. Ne finalisez pas la transaction avant d’avoir procédé à toutes les autres vérifications.

Lire aussi :  Assurance Quiétis de la Société Générale : le guide complet

4.     Vérifier l’identité de l’acheteur

N’hésitez pas à demander à l’acheteur de vous fournir une pièce d’identité avec photo. Cela afin de vous assurer qu’il est bien à l’origine du paiement.

Comment vérifier l’authenticité d’une carte d’identité française ?

La carte d’identité nationale est un document officiel d’identification délivré par l’État Français. Il permet à une personne physique de justifier son identité en France et à l’étranger. La carte est assortie d’une durée de validité, qui, une fois dépassée, devra être renouvelée par son titulaire. Jusqu’en 1988, la carte d’identité nationale était cartonnée. Puis, elle a peu à peu été plastifiée, la rendant plus difficile à contrefaire. Si les cartes d’identités sont toutes plastifiées aujourd’hui, il est malgré tout possible de se procurer des faux par le biais du Darknet.

Voici les divers moyens de vérifier l’authenticité d’une carte d’identité. Certains sont visibles à l’œil nu, d’autres nécessitent en revanche l’utilisation de divers procédés tels que la lumière ultraviolette.

La bande MRZ

En bas de chaque carte d’identité se trouve une bande blanche composée de deux lignes d’informations : il s’agit de la bande MRZ.

Elle contient :

  • Le nom et le prénom du titulaire
  • Sa date de naissance
  • Le numéro de la carte
  • Le code ISO 3166-1 alpha-3 du pays (FRA),
  • Le mois et l’année d’émission de la carte
  • Le second prénom
  • Le sexe
  • Différentes clés de sécurité

Il existe de nombreuses solutions web sécurisées qui proposent le contrôle automatique de la bande MRZ tels que ScanDetect ou Easyconform.

La police d’écriture

La police d’écriture utilisée sur les cartes d’identité est spécifique. Elle a en effet été développée spécialement pour ce type de document. Si vous constatez une police de caractère différente, il s’agit forcément d’un faux document.

Lire aussi :  Carte Visa ou MasterCard : quelles sont les différences ?

La sécurité UV

La sécurité UV permet de contrôler que le papier utilisé pour la carte est bien le papier officiel. Sous une source de lumière ultraviolette, une carte d’identité authentique fera ressortir des fibrettes de couleur rouge, vertes et bleues sur les faces avant et arrière. En outre, sur la face arrière doit également s’afficher un portrait de Marianne de couleur verte.

Pour procéder au contrôle UV, il existe divers appareils dont les plus connus sont la Torche LT9, le Fiducontrole UV2, la Torche UVG2 et la Nano UV375.

5.     Contactez la banque émettrice

Pour finir, il est primordial de vous renseigner sur l’agence bancaire émettrice afin de vérifier son adresse et ses coordonnées.  S’il s’agit d’un faux chèque, les coordonnées mentionnées seront sans doute celles d’un complice de l’auteur de la manœuvre frauduleuse. Contactez l’établissement bancaire mentionné sur le chèque mais pour cela, cherchez les coordonnées par vous-même sans passer par l’acheteur pour éviter tout risque d’entourloupe.

Une fois la banque au bout du fil, donnez-lui le nom de l’acheteur, le numéro du chèque et le montant de la transaction. L’émission du chèque de banque n’étant pas soumise au secret bancaire, vous n’aurez aucun mal à obtenir ces informations.

Si le doute subsiste, préférez refuser le chèque

Si vous avez effectué toutes les vérifications mais que le doute subsiste, préférez refuser le chèque de banque que prendre le risque de l’encaisser.

En effet, même après l’encaissement, un chèque de banque peut s’avérer être faux. Après avoir porté le montant du chèque sur votre compte courant (sous réserve de sa validité), l’établissement bancaire peut parfois mettre jusqu’à 20 jours ouvrés pour vérifier la validité d’un chèque. Cela engendre donc le risque pour le bénéficiaire de voir ses fonds lui être retirés si le chèque se révèle finalement être un faux.

Même si en théorie, le banquier qui n’a pas su déceler la falsification engage la responsabilité de l’établissement, en pratique il s’avère assez difficile de se retourner contre sa banque.