Actualité crédit

Peut-on faire un prêt après un rachat de crédit ?

Peut-on faire un prêt après un rachat de crédit ?

Lors d’une mauvaise passe financière, le rachat de crédit est souvent une bonne solution pour retrouver une gestion saine de votre budget. Mais alors est-il possible d’envisager un nouvel emprunt suite à un rachat de crédit ? Nous vous répondons dans cet article.

Le rachat de crédit, en quoi ça consiste ?

Le rachat de crédit désigne une opération financière qui consiste en le fait de regrouper tout ou partie de vos crédits préexistants en un seul et unique crédit. Vous ne remboursez ainsi plus qu’un seul prêt. Le but étant de réduire le montant des remboursements mensuels. Toutefois, cette restructuration des emprunts ne pourra être réalisée qu’avec un rallongement de la dette sur le long terme.

En somme, le rachat de crédit constitue un bon remède contre l’insolvabilité. Mais peut-on envisager un nouvel emprunt suite à un rachat de crédit ?

Emprunter après un rachat de crédit : est-ce possible ?

Vous pouvez effectivement envisager d’emprunter à nouveau après un rachat de crédit. Mais il serait préférable d’anticiper vos besoins en crédit au moment du regroupement de prêts.

Oui, il est possible d’emprunter après un rachat de crédit

Après avoir obtenu votre rachat de crédit, il y a de grandes chances que vous puissiez améliorer votre pouvoir d’achat. En effet, le regroupement de crédit ayant permis d’assainir votre taux d’endettement, vous pourrez alors retrouver une certaine capacité d’emprunt.

En conséquence, sachez qu’il vous est possible de solliciter votre banque ou tout organisme de crédit afin de souscrire un nouveau prêt, selon vos capacités d’emprunt et vos projets. Comme pour une demande de financement classique, vous devrez motiver votre demande et présenter votre projet auprès de votre Conseiller.

A préciser la nature de votre nouveau prêt (prêt à la consommation, prêt immobilier…) dépendra du projet que vous souhaitez financer. Il peut s’agit de la réalisation de travaux dans votre logement, de l’achat d’une maison ou d’une voiture, du financement de vos prochaines vacances, etc…

La clause d’interdiction de nouveau prêt

Certains contrats de rachat de prêt comprennent une clause d’interdiction de nouveau prêt. Il s’agit d’une disposition qui stipule qu’en souscrivant, « le/les emprunteur(s) s’engage(nt) à ne pas souscrire de nouveaux crédits et à ne pas accepter de nouvelles charges financières susceptibles d’aggraver leur endettement, sauf accord express de la société créancière ».

Lire aussi :  Comment faire un rachat de crédit à la consommation ?

Cette clause, qui donne ainsi un pouvoir discrétionnaire à l’établissement de crédit, a été examinée par la Commission des clauses abusives (CCA).

Dans son avis délibéré le 24 septembre 2015, la CCA a estimé, au visa du Code de la Consommation (articles L132-1 et R534-4), que « cette clause est abusive, car elle crée, au détriment du non-professionnel ou du consommateur, un déséquilibre significatif entre les droits et obligations des parties au contrat ; pour éviter de donner un pouvoir discrétionnaire de refus au premier créancier, cette clause n’a pas lieu d’être. Les établissements de crédit partisans de cette clause avaient fait valoir qu’elle pouvait s’avérer favorable à l’emprunteur en le fait qu’elle l’empêchait de multiplier à nouveau les crédits, et donc augmenter son taux d’endettement. »

Sachez que même si l’avis de la Commission des clauses abusives ne lie pas le Juge, cette clause sera réputée non écrite si le Tribunal d’instance retient son caractère abusif. Cela signifie que le contrat de rachat de prêt reste effectif, sauf si elle est jugée litigieuse.

En somme, si une telle clause se trouve dans votre contrat, vous pouvez tout à fait la contester auprès de la Justice, car elle vous prive de la protection légale à laquelle vous avez droit en tant que consommateur.

Bien qu’il soit tout à fait possible d’emprunter à nouveau suite à un rachat de crédit, cela n’est peut-être pas très opportun. En effet, il est important de garder à l’esprit que l’intérêt premier du rachat de crédit est de minimiser votre taux d’endettement. C’est pourquoi souscrire un emprunt juste après le regroupement de vos crédits en cours ne semble pas vraiment raisonnable…

Nous vous conseillons plutôt d’anticiper votre besoin en crédit au moment de la restructuration de vos dettes.

Préférez anticiper votre besoin en crédits

Si vous souhaitez souscrire un nouvel emprunt, il est plus judicieux de le faire au moment du regroupement de prêts. Il sera ainsi intégré au rachat global, et vous le rembourserez avec les autres prêts déjà souscrits.

Lire aussi :  Pourquoi un rachat de crédit peut-il être refusé ?

Cela comporte divers avantages :

  • Profiter pleinement du regroupement de vos crédits en y intégrant votre nouveau prêt. Cela vous permettra de réduire vos remboursements à une seule mensualité et vous apportera une meilleure lisibilité de vos comptes ;
  • En ajoutant votre nouveau crédit au rachat, votre nouveau taux d’endettement sera ajusté en fonction de la somme totale à rembourser ;
  • Le taux de votre nouvel emprunt sera négocié au moment du rachat de crédits. Si vous choisissez d’emprunter à nouveau après la restructuration de vos crédits, vous risquez de rencontrer des conditions de taux plus exigeantes.

Faites bon usage de votre rachat de crédits

Le rachat de crédit permet de retrouver une situation financière équilibrée. Prenez donc garde à ne pas user de cette solution pour doper votre capacité d’emprunt afin de pouvoir emprunter à nouveau de façon répétée, sans prendre en compte votre budget réel. Cela risquerait de vous mener au fichage en Banque de France. C’est pourquoi, avant de songer à souscrire un nouveau prêt, il est primordial de réévaluer votre budget.

Réévaluer votre budget

Avant toute chose, il vous est fortement conseillé d’évaluer votre budget afin de définir avec précision votre besoin en crédit. Bien entendu, si vous faites une demande de crédit conjointe, il faudra inclure les revenus et les dépenses de votre co-souscripteur.

Les revenus

Dans un premier temps, prenez note de l’ensemble de vos revenus mensuels, tels que :

  • Votre salaire
  • Les aides sociales
  • Les pensions (alimentaire, invalidité…)
  • Les revenus fonciers
  • Tout autre revenu (intérêts bancaires, rentes…)
Les dépenses

Dans un second temps, faites les comptes de l’ensemble de vos dépenses du mois. On parle ici des dépenses les plus communes, telles que :

  • La nourriture
  • Le loyer
  • L’eau, le gaz, l’électricité, le chauffage, le téléphone et internet
  • Les assurances
  • Les remboursements d’emprunts (immobilier, consommation)
  • Les frais bancaires (tenue de compte…)
  • Les impôts
  • Les loisirs, les sorties et les vêtements

A propos de l'auteur

Anais Peresson

Anais Peresson

Je m’appelle Anaïs et suis titulaire d’une Maîtrise de Droit Economique et des Affaires. J’ai l’habitude de traiter de multiples sujets, des plus légers aux plus complexes, particulièrement dans les domaines du Droit et de la Finance.