Les meilleures techniques de négociation immobilière

0
75
Les meilleures techniques de négociation immobilière

Vous projetez d’acheter un bien immobilier et avez besoin de revoir le prix à la baisse ? C’est là où la négociation entre en jeu. Il s’agit d’une pratique courante mais délicate qui a pour but d’obtenir un meilleur tarif durant la transaction. La réussite de cette étape implique une bonne connaissance dans ce domaine. Découvrez dans cet article les meilleures techniques de négociation immobilière.

C’est quoi une négociation immobilière

La négociation est une étape indispensable avant de définir le coût final d’un bien et conclure le contrat de vente. C’est un moyen utilisé dans toutes les transactions commerciales afin d’obtenir un meilleur rapport qualité/prix. Pourtant, l’argent n’est pas le seul facteur dans cette phase.

Les relations humaines, la communication entre un acheteur et un vendeur ainsi que les aspects techniques doivent également être pris en compte. En tant qu’acquéreur, il vous faut une bonne préparation si vous souhaitez éviter de payer trop cher et réaliser une excellente affaire.

Les préalables à une bonne négociation

Un acheteur doit se préparer avant l’offre d’achat immobilier s’il veut négocier le prix du bien. Il faut définir les arguments et la stratégie de négociation à mettre en œuvre une fois que vous avez repéré le logement.

Savoir anticiper

Ce sera mieux de devancer la première visite en essayant d’obtenir un maximum d’informations qui concernent le bien. Entre autres, vous devez identifier s’il y a des concurrents ou si la maison ou l’appartement est déjà mis en vente depuis un bon moment. Est-ce que le propriétaire est pressé de le vendre ou non ? Est-ce que le bâtiment est trop cher ou cache des « loups » pour être mis en vente trop longtemps sans aucune suite ?

Fixer les limites

Vous savez maintenant que le prix de la maison ou de l’appartement est négociable. Établissez au préalable vos limites, c’est-à-dire le budget maximal que vous êtes prêt à attribuer à l’achat du bien, pour être en position de force. À cet effet, il faut prendre en compte le cours du marché immobilier et faire la comparaison avec la concurrence.

Comparez par exemple le tarif de votre cible par rapport au coût moyen au mètre carré de bâtiments identiques situés dans le même quartier. Cela vous permettra de vérifier si le vôtre est surévalué ou pas. Vous pouvez faire comprendre au vendeur qu’au-delà de ce prix plancher la transaction immobilière sera vouée à l’échec.

Faire une étude du bien

Mais avant d’évaluer le prix, il est nécessaire de faire une étude du bien. Plusieurs éléments méritent une réflexion dont son état général, l’état de la copropriété et les frais associés, la qualité de l’isolation et de la plomberie, les éventuels défauts, les travaux nécessaires, les nuisances sonores, etc. Cette analyse vous permet d’avoir une idée pour entamer la négociation immobilière en position de confiance. Veillez quand même à faire une estimation de la manière la plus objective possible.

Anticiper les marges de négociation

Une fois les données accumulées, il est nécessaire de bien connaitre les marges de négociation. Des études annuelles sont disponibles afin de pouvoir analyser à combien celles-ci s’élèvent en moyenne et en pourcentage du prix de vente affiché. Cela permet d’actualiser légèrement votre prix de vente, pour obtenir à l’issue de la négociation immobilière le montant que vous souhaitiez. Généralement, la marge de négociation moyenne se trouve aux alentours de 3 % à 5 %, et varie fortement en fonction de la région.

Osez proposer

La plupart des acheteurs sont peu courageux et ne tentent pas de faire de proposition. Ne pensez pas que votre offre se révèle agressive, car vous vous référez déjà au cours du marché immobilier. Toutefois, il est préférable de proposer en dessous du prix du marché pour suivre la logique de la négociation.

L’émotion peut y jouer un rôle important. Il est possible que l’acquéreur ait peur de vexer le vendeur ou que ce dernier décline son offre. Ayez toujours en tête que celui qui achète a l’argent et que c’est lui qui doit aborder la négociation. La première proposition devra être plus basse afin de pouvoir remonter petit à petit.

Après avoir reçu une offre de négociation immobilière, le vendeur peut également faire une contre-proposition avec un tarif intermédiaire. La décision finale vous appartiendra.

Les meilleurs arguments pour négocier

Malgré le fait que la négociation immobilière peut se montrer délicate, selon les situations, « la personne qui ne risque rien, ne fera et n’aura jamais rien ». Si vous comptez bien réussir une négociation, il vaut mieux établir des arguments décisifs, mais surtout objectifs.

L’acquéreur a intérêt à souligner les points négatifs de l’immeuble, à savoir les besoins de rénovation de certaines installations, les travaux à réaliser, l’écart entre le prix de vente et les prix du marché, l’état de desserte, etc. Il convient de montrer au vendeur que le bien immobilier est surévalué.

Même si les enjeux sont essentiels, il ne faut pas se précipiter et brusquer la prise de décision. La somme mise en jeu est trop importante. Chaque point a besoin d’une bonne réflexion tout en gardant toujours à l’esprit vos objectifs et la situation du marché. N’hésitez pas à réclamer l’aide ou l’avis d’un expert pour mettre tous les atouts de votre côté.

Déléguer la négociation immobilière

Vous vous sentez incapable de réussir la négociation immobilière ou avez un problème émotionnel vous empêchant de proposer ? Il est possible d’envoyer quelqu’un d’autre, qui n’est pas affecté émotionnellement par cet accord, pour s’occuper de la tâche. Il aura plus de simplicité et moins de scrupule à marchander, et pourra même en obtenir davantage.

Dans la plupart des cas d’ailleurs, les acheteurs sollicitent l’intervention d’une agence immobilière pour négocier le prix d’une maison ou d’un appartement qu’ils souhaitent acheter. Cette option peut se révéler efficace. Néanmoins, des frais supplémentaires vont s’ajouter à leurs dépenses.

Peu importe la technique que vous adoptiez dans la négociation immobilière, vous devez vous battre jusqu’au bout. Utilisez tous vos atouts pour rester constamment dans la course.