Immobilier : faut-il investir dans une colocation ?

Depuis 2014, l’investissement dans une colocation est reconnu par la loi Alur et est soumis à un régime spécial. Cependant, ce type d’investissement locatif ne constitue qu’une part minime du marché locatif, car les propriétaires sont réticents à l’idée de louer un seul bien à plusieurs locataires. Pourtant, la colocation comporte de nombreux avantages. Alors, faut-il prendre le risque d’investir dans une colocation ?

Le marché de la colocation existe

Vous n’êtes pas sans savoir que l’investissement locatif en général connaît un véritable succès. N’hésitez plus et visitez lessecretsdelimmo.fr pour vous faire accompagner dans la réalisation de vos investissements locatifs. Car la location et la colocation (résidences nues ou meublées) représentent l’immobilier de demain. La colocation fait d’ailleurs de plus en plus d’adeptes, en raison de l’augmentation des loyers, de la diminution du pouvoir d’achat (surtout chez les étudiants), etc.

Le premier avantage de la colocation est qu’elle constitue une alternative intéressante pour de nombreux Français. Il est donc indéniable que le marché existe, pour peu que les propriétaires acceptent de l’exploiter. Pour ceux qui ont des doutes, il toujours possible de se faire accompagner. Par ailleurs, ce marché n’est pas uniquement constitué de demandeurs étudiants. Même des salariés ayant de bons revenus s’intéressent de plus en plus à la colocation. Ainsi, les propriétaires peuvent espérer rencontrer plusieurs profils intéressants, sans avoir à craindre les retards de paiement ou toute autre entrave à la perception de leurs revenus locatifs.

Le loyer peut être légèrement augmenté

Un autre point fort de la colocation pour le bailleur est qu’il peut revoir le loyer à la hausse. Lorsque l’on considère un grand logement, il est plus facile pour plusieurs personnes provenant de foyers différents, de payer une somme qu’une famille pourrait trouver trop élevée. Ainsi, le propriétaire est en mesure d’augmenter son revenu mensuel, en augmentant le loyer. Une fois la répartition entre les colocataires effectuée, la part de chacun sera assez minime pour qu’il n’ait pas le sentiment que le loyer est trop élevé.

A lire aussi : Encadrement des loyers à Paris

coloc ; colocation ; investissement colocation ; investissement locatif

Les risques d’impayés sont quasi nuls

En colocation, lorsque l’un des colocataires ne s’acquitte pas de son loyer, ce sont les autres qui en sont responsables. Il faut savoir que chaque colocataire est responsable (de manière indivisible) de la totalité du loyer. Le propriétaire n’a donc pas à s’en soucier. D’ailleurs, même s’il cautionne que certains colocataires ne payent pas leur loyer, il pourra toujours récupérer les parts des autres. Ainsi, chaque mois, il s’assure d’avoir un revenu disponible provenant de la location. Ce qui ne serait pas le cas si la maison était occupée par une seule famille, et pour cause, si celle-ci ne paye pas, le propriétaire ne reçoit rien.

La colocation se renouvelle d’elle-même

S’il arrive qu’un coloc rende ses clés de la maison, les autres se chargent généralement de lui trouver un remplaçant. Le bailleur n’a donc aucun besoin de publier de nouvelles annonces ou encore de faire des visites. Les colocataires préfèrent trouver eux-mêmes la personne avec qui ils veulent vivre. D’ailleurs, ils ont souvent accès à des réseaux de colocation, déchargeant ainsi le propriétaire.

Alors, la colocation, est-elle un bon investissement ?

Absolument ! Elle permet d’une part au propriétaire de mieux rentabiliser son investissement et d’autre part de se libérer de diverses contraintes. Bien sûr, un tel investissement locatif a plus de sens pour les logements disposant d’une grande superficie. Avec la colocation, le propriétaire peut revoir son loyer à la hausse, éviter les tracas liés à la recherche de locataires, déléguer certaines responsabilités ou encore se garantir un revenu, et ce, peu importe les circonstances.

A lire aussi : Quand souscrire à une assurance habitation ?