Covid-19 : le sort des échéances des crédits immobiliers et des crédits à la consommation

0
27
covid 19 echeances credits immobiliers et credits consommation

Avec la pandémie liée au coronavirus qui engendre actuellement, non seulement en France, mais aussi un peu partout dans le monde, une importante crise sanitaire, les emprunteurs se retrouvent dans des situations assez difficiles. Avec le confinement imposé, le secteur du travail est au ralenti, aussi bien pour les salariés que les indépendants. L’arrêt de ces nombreuses activités a pour conséquence principale la baisse des revenus. Nombreux sont alors ceux qui n’arrivent plus à respecter leurs échéances de crédit. Quelles sont alors les mesures prises par le gouvernement face à la situation ? Quelles sont les options disponibles pour les clients débiteurs ?

Informer son banquier sur les incidents de paiement

La situation actuelle ne permet plus à un grand nombre d’emprunteurs de procéder à leur échéance de remboursement, qu’il soit un salarié ou un entrepreneur indépendant. Toutefois, plusieurs solutions peuvent être envisagées. Si l’on se réfère notamment à l’ordonnance n° 2020-306 du 25 mars 2020 liée à la prorogation des délais échus au cours de cette période d’urgence sanitaire, ainsi que des Circulaires mises en application des dispositions de la loi n° 2020-290 du 23 mars 2020 concernant l’urgence pour faire face à l’épidémie de COVID-19, la première chose à faire serait alors d’informer son banquier de tout incident de paiement.

Les clients débiteurs ont la possibilité de procéder à une négociation préalable avant que l’échéance de prêt ne soit rejetée pour faute de provision. N’oubliez pas d’ailleurs qu’un retard de paiement non justifié engendre des frais d’incident de paiement assez élevés. Le fait de négocier démontre également à l’établissement bancaire la volonté de l’emprunteur à anticiper les difficultés de paiement du remboursement et à rechercher des solutions. N’hésitez surtout pas à demander conseil à votre banquier et à lui exposer votre situation tout en lui proposant des documents justificatifs. Ainsi, vous aurez plus de chances de bénéficier de la suspension des échéances de prêt pendant quelques mois, selon l’établissement bancaire ou l’établissement de crédit.

covid 19 echeances credits immobiliers et credits consommation avis

Cas du crédit immobilier : une suspension de l’échéance sous certaines conditions

Concernant particulièrement les crédits immobiliers, qu’ils soient obtenus à titre professionnel ou personnel, vous pourrez revoir votre contrat. Selon les clauses définies dans le contrat, vous pourrez bénéficier, soit d’une modulation des échéances à la baisse assortie à une durée maximale soit d’un report d’échéance pendant une certaine période. Si vous optez pour un report d’échéance, sachez que vos échéances pourront être suspendues durant quelques mois. Cette opération implique toutefois un allongement de la durée du crédit, vous vous doutez bien qu’elle ne sera pas sans conséquence.

En effet, l’emprunteur obtiendra un nouveau tableau d’amortissement prenant en compte le nouveau montant du remboursement et la durée du prêt. Notons toutefois que ces dispositions se limitent généralement au remboursement du capital. Malgré tout, l’emprunteur doit continuer à honorer les échéances de paiement pour les intérêts et les cotisations d’assurance. Néanmoins, si la demande traite le report d’échéance totale, il ne reste que le paiement de l’assurance à payer pour le client.

covid 19 echeances credits immobiliers et credits consommation conseils

Les possibilités pour le report de crédit

Il existe différentes options possibles pour reporter son crédit en cette période de crise sanitaire dans le monde, à cause du coronavirus. Un emprunteur peut effectivement demander la suspension momentanée du remboursement du crédit, ou demander l’allègement de la mensualité auprès de son banquier ou de l’établissement de crédit. Si vous disposez d’un prêt immobilier modulable, vous pourrez alors demander à diminuer le montant de vos mensualités. Cette réduction doit toutefois respecter une certaine portion, et ce, sur une certaine période. Selon les établissements financiers concernés, la diminution des mensualités peut se faire de 10 à 30 %.

Notons que dans cette diminution des mensualités à rembourser, la limite de l’allongement du prêt est de deux ans maximum. Ce qu’il faut comprendre, c’est aussi le fait que cette crise économique engendrée par la crise sanitaire touche également les établissements de crédit. Ces derniers sont aussi dans l’obligation de prendre les mesures nécessaires pour éviter de faire face à une augmentation exponentielle et trop brutale des remboursements impayés. Découvrez davantage sur le rachat de crédit entre particuliers dans le cas où la demande de report d’échéance n’est pas acceptée par la banque en ces temps de crise.